Les Nuits Sauvages

Report / Paillettes Dépravées à « Pardonnez-nous mais c’est le temps qui court le dix-huit octobre » – Heeboo
Paillettes Dépravées

Report / Paillettes Dépravées à « Pardonnez-nous mais c’est le temps qui court le dix-huit octobre »

Octobre 31, 2019

Paillettes Dépravées

Paillettes Dépravées, 18 octobre 2019 – Vendredi soir, fin de la semaine pour certains ou le début du week-end pour d’autres : j’allais à cette soirée un peu à reculons. Aux dires du Tribunal de la Techno, ça faisait un petit moment que « Olala, la fréquentation de la Station ça s’est dégradée ». Seulement voilà,  Il faut croire que ça ne s’appliquait pas à cette soirée « Pardonnez-nous mais c’est le temps qui court le dix-huit octobre« .

Pardonnez-nous c’est plusieurs années au compteur comme référence de collectif décomplexé, basée sur la fête avec un grand F et de curiosités musicales. Allez. 

Première impression quand j’arrive sur la piste : les gens sont chaleureux, des baisers se perdent, des culs nus traînent ici et là, bien plus queer que ce à quoi je m’attendais, tant mieux. 

00h28 : le line up était affiché sur place, j’aurais du le prendre en photo (et pas au jetable) parce qu’il m’est impossible de me rappeler de qui mixait toute la soirée. Cela dit à cette heure-ci j’étais au sous-sol. Techno mêlée de percu. Cinq motivés à danser avec nous. Le son est entraînant, on se met direct dans l’ambiance avant de virer sur un bail plus acid.


1h24 : Malouane mixe à l’étage. Rythme tropical, ça commence à bien taper du pied. Les gens sont chaleureux et chauds.

3h56 : On arrête les pas endiablés pour se revigorer au bar et voir cette ambiance de plus loin. C’était fun, funky, la musique change un peu des soirées bressom de la techno indus et ça rafraichit. Ça allait de simili rythmes antillais à groove, funk. 

4h36 : Attendez, c’est un minitel là ?

5h02 : Un peu de techno « classique » au sous-sol, mais elle pâlissait face au reste de la prog. Les gens sont aussi colorés que la déco. 

Ah, et une technique pour se faire des amis ? Se promener avec une (fausse) fourrure toute la soirée, les gens s’empresseront de te demander si tu ne cuis pas en dessous (si, si)

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

DÉGIF du weekend #08


Derrière Le Deck

Derrière le deck #2 : « Ce n’est pas parce que tu te mets torse nu, que tu dois te jeter sur les gens en mode victime de la night »


Dégif

Dégif #110 : « Le mec m’a refusé du poppers ! D’où on refuse du poppers ? Amour et partage merde ! »


Dégif

Dégif du weekend #36 : aucun chat n’est gris qui croyait prendre