Si toi aussi, petit, t’as toujours rêvé d’intégrer une troupe de forains, de partir vivre dans une roulotte et de montrer au monde entier tes talents cachés, et bien le grand jour est arrivé. Enfin plutôt l’association SweatLodge vient à toi, pour la première fois en Île-de-France, avec ses chapiteaux, son brin de folie et l’envie de faire la teuf.

SweatLodge c’est une association créée en 2005 qui est devenue, au fil des années, une plateforme de production dédiée aux cultures soundsystem et aux arts forains. Le concept c’est donc une grosse teuf sous l’influence du cirque. La preuve en est, les membres de Sweat Lodge travaillent depuis plus de dix ans sous chapiteau, et pour eux c’est un symbole fort de liberté !

L’association compte déjà une centaine de participations à des événements, en France et en Allemagne notamment avec les festivals de Chalon dans la Rue, le Festival d’Aurillac et le Fusion. Chaque année ou presque, l’association définit une nouvelle thématique artistique à exploiter lors des SweatLodge party qui sont en fait des soirées déguisées !  Pour notre plus grand plaisir, on tombe pile au moment des teufs « Labyrinthe ». La particularité de ces soirées ? L’intégration de performances telles que l’animation d’un banquet devant public, des scènes de variété on air (acrobaties) et de streetfighter dans un aquarium, sans parler des messes gabber dans un tipi. Un peu perdu ? Oué, oué on sait c’est totalement barré et t’as pas fini de gueuler « mais c’est quoi ce bordel ?! » samedi 13 avril au Kilowatt à Vitry-sur-Seine pour la grande première Sweatlodge Party « Labyrinthe ».

Rencontre avec Martin et Karoll, de la team Sweat Lodge, qui t’invitent à revêtir ton meilleur costume pour, peut-être pour la première fois de ta vie, devenir véritable acteur de la fête !

Aucune description de photo disponible.

SweatLodge est né quand et comment ?

Martin : Sweat Lodge est né il y a une quinzaine d’années. Dès le début on a voulu mêler la fête et le spectacle. Le chapiteau était pour nous l’outil idéal pour accueillir nos soirées car il permet d’être autonome et libre. Il est le symbole d’une philosophie : celle du cirque, des nomades, des tekno travellers. On a aujourd’hui plus d’une centaine de soirées à notre actif ! Avec comme leitmotiv : le public acteur, pas de différence entre les organisateurs et le public. Tout le monde contribue à la fête, d’où le déguisement.

Votre prochaine événement s’intitule Sweatlodge Party « Labyrinthe ». Pourquoi associer la fête à la thématique du labyrinthe ?

Karoll : On raconte des parcours de vie dans la fête, plus souvent la nuit. Le labyrinthe ça raconte un parcours… tout sauf linéaire.

« Le temps d’une nuit, osons nous perdre ! »

Martin : Avec « Labyrinthe » on souhaite renouer avec la performance, le cirque et l’étrangeté. L’idée c’est « d’écrire la nuit », d’offrir un parcours à notre public. Un parcours forcément ponctué d’accidents, d’anfractuosités. Le temps d’une nuit, osons nous perdre !

Concrètement, on y fait quoi à la Sweatlodge Party « Labyrinthe »?

Karoll : Dancefloor, performances, entre-sorts… On y danse, on y voit, on y vit toute une nuit.

Martin : Je crois que les gens viennent chez nous avant tout pour s’éclater entre potes. On créer des espaces dans la fête, des temps forts dans la fête pour permettre ça au maximum : Rave On !

Crédit : Margaux Martin’s

Pourquoi la scénographie est si importante dans vos événements ?

Karoll : Envie de créer une autre ambiance, décor, réalité, et c’est aussi grâce à l’investissement d’artistes comme Mathi-Mathos. Il y a aussi, la volonté d’accueillir vraiment le public. C’est des intentions très proches de celles qui peuvent t’amener à jouer dans un entre-sort.

Martin : La scéno est hyper importante parce qu’une belle fête doit être magique, et ça passe par le lieu. Les clubs mythiques sont installés dans des endroits de ouf, les free party sont dingues car on danse dans des endroits atypiques. Faire de la scéno c’est créer un espace extra-ordinaire.

L’artiste Maelström figure sur la programmation. Pourquoi ce choix ?

Martin : Mael est l’un des fondateurs de Sweat Lodge. On a trouvé ça important qu’il figure sur le line up de cette soirée au Kilowatt. Et puis on kiffe ça musique, brute, sans concession !

Il s’agit de la première édition « Labyrinthe » en Île-de-France. Pourquoi avoir choisi le Kilowatt pour l’occasion ?

Karoll : On a découvert le site au Festival Sur Les Pointes l’année dernière.  À partir de là à eu lieu une première rencontre, etc. On se produit sous les mêmes structures. On a des fonctionnements très proches et on s’entend sur le contenu artistique d’un événement. De là on est arrivé à cette coprod. Et notre première Sweat Lodge Party en Île-de-France !

Crédit : Margaux Martin’s

Des artistes ou égéries que vous auriez aimé voir venir à votre événement ?

Karoll : Quentin Tarantino.

Martin : On est nantais et on a grandi avec le Royal de Luxe. Alors pourquoi pas un jour une collaboration avec eux sur une soirée. Ça serait cool de faire la teuf avec les géants !

Il ressemble à quoi le public de Sweatlodge Party « Labyrinthe » ?

Karoll : À des êtres humains heureux, et en pleine forme ! Il n’est pas mineur, mais pas vraiment majeur non plus, il est entre les deux. C’est surtout des gens déguisés qui font la fête. Et un déguisement c’est un peu un costume de scène, en fait. C’est un public qu’on rend acteur de l’événement, de la fête!

Un track qui représente l’état d’esprit de de Sweatlodge Party « Labyrinthe ».

Karoll : Underworld & Iggy Pop – Bells & Circles

 

Martin : New order – Blue monday

Pour finir : si vous deviez choisir un objet représentant l’événement, qu’est-ce que ce serait ?

Karoll : Je sèche.

Martin : Une poule à facette.

Et un film ?

Karoll :  Las Vegas Parano (facile).

Martin : J’ai pas vu Climax, le dernier Gaspar Noé, et vous ?