Un live à venir, un nom de scène choisi sur un coup de tête et une musique acide, brutale et franche. C’est en quelques mots ce qui pourrait définir le quotidien de cet étudiant en architecture, ou Bastien, aka Spring Rolls, l’un des jeunes finalistes du Spring-Board Contest 2018.

Imaginé par la web-radio et chercheuse de pépites PWFM, en collaboration avec le club des quais de Seine, Garage, le Spring-Board Contest met en avant, et cela jusqu’au 21 juin, jour de finale et du début de l’été, 30 jeunes artistes en recherche de visibilité. Un mot d’ordre ? La musique électronique. Des tendances ? Techno, house, disco, macro. Une vibe ? Celle de l’énergie et du renouveau. Tous les vendredi, Garage se transforme en l’arrière-cour expérimentale de la nouvelle scène parisienne. Ce vendredi, pour le Round #2 100% techno, s’affrontent Jakku, Aureb et… Spring Rolls. Nous avons voulu découvrir le jeune parisien à la techno-béton. Quelques questions et une mixtape exclusive joliment nommée « Acidulation Profonde« . Ça sent le printemps nan ?

29695023_2068432740061105_1431896647142473728_n

Spring Rolls, Tu en es venu comment à la musique, pourquoi, et pourquoi ce style là ?

J’ai créé ma page « Spring Rolls » dans le but de partager mes influences musicales. Peu à peu j’ai eu envie de les partager en les mixant, à travers des podcasts, des lives Facebook et devant un public.

Ton nom de scène ?

Je l’ai choisi sur un coup de tête… Depuis je n’ai pas eu le besoin de changer !

Ta musique en trois mots ?

Acidulée, sombre, violente.

Faire la fête, ça représenter quoi pour toi ?

Pour moi faire la fête c’est passer un bon moment, que ce soit dans un club, un festival, un concert, dans un appartement. Les gens font la fête pour créer des liens, partager des moments hors de leur train de vie du quotidien.

Ton rôle dans la nuit ?

Je suis celui qui veut te motiver à profiter de la nuit !

A côté de ça tu fais quoi ? Tu as quel âge ? C’est quoi ton plus grand rêve ?

Je vais sur mes 25 ans dans quelques jours. Je suis en Master 2 d’école d’architecture.
Mon plus grand rêve serait de pouvoir partager à des milliers de personnes la musique que j’aime (celle que j’expérimente dans le live sur lequel je travaille en ce moment).