Les Nuits Sauvages

House of Moda : 8 ans de souvenirs en photos – Heeboo

House of Moda : 8 ans de souvenirs en photos

Carte Blanche : House Of Moda - Juillet 15, 2019

C’est eux qui ont créé la tendance, en 2011. House of Moda, HOM pour les intimes, la famille. Reno et Crame, queens des nuits queer depuis huit ans, donnent un dernier coup de rein, samedi 20 juillet pour la der des der. La dernière House of Moda sera folle, ou ne sera pas !

Ils ont créé le Paris drag d’aujourd’hui. On se souvient, de la première, en janvier 2011. House Of Moda. Nouvelle soirée, nouveau public, nouveau délire, à l’instant où le Paris queer, encore, n’existait pas vraiment. À l’époque où la seule Flash Cocotte venait animer nos coeurs en manque d’excentricité. La House Of Moda était un vent d’air frais, un courant d’eau chaude où, pendant plus de huit ans, il a fait bon plonger la tête, le corps, se dénuder, arborer toutes sortes de looks, souvent crées sur mesure. La House Of Moda est devenue institution, d’une « Miss Catastrophe », à « Jumeaux Jumelles », en passant par « Montée des Marches » ou encore « Sporty Spice », la House Of Moda était le rendez-vous des queens de Paris.

À l’époque, pas de Ru Paul pour donner le ton, à l’époque, le drag est encore méconnu, mal connu, mal considéré même parfois, tant le jour que la nuit, tant dans le club dit « classique » que le club LGBT. À l’époque, le drag se serait pas un art, le drag serait décoration, animation de salle. Argh. La House Of Moda a rendu au drag ses lettres de noblesse en le révélant Culture, Art et Performance. La House Of Moda est la tante diva que l’on aurait tous aimé avoir, et que beaucoup de bébé drags ou club kids d’aujourd’hui, ont, sans le savoir. Sans la House Of Moda, la scène drag ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. Alors merci House Of Moda. Merci Reno. Merci Crame. Merci aux clubbeurs des premières fêtes. Merci à ceux qui l’ont fait durer. Aux photographes. À ceux qui ont dansé, sué, hurlé, et toujours joué le jeu avec la plus douce des bienveillance.

On dit adieu aux divas samedi 20 juillet à l’occasion de la House of Moda – Les adieux d’une diva, et ça fout un peu la chair de poule. Reno et Crament reviennent sur ces huit années en photos et en mots. Merci d’avoir transformé la nuit. C’était beau, c’était fort, c’était parfait, et ça restera dans les annales, sans mauvais jeu de mot, bien évidemment ! (wink wink). Heeboo vous salue, car nous non plus, sans vous, on ne serait peut-être pas là…

Image may contain: text

Photo 1 – House Of Moda#1 : on ne s’attendait pas à un tel succès pour cette première édition ! Une fête lookée un mercredi soir de janvier 2011 au Petit Social, les gens avaient joué le jeu, étaient venus en nombre, c’était assez dingue, l’un de mes meilleurs souvenirs, ça présageait beaucoup de belles choses pour la suite !

@Renaud Duc

Photo 2 – House Of Moda x Cocotte Club : garderie des clubkids : elles, ce sont Babsie Cola, Jjia de la Bobeish et Petra Vanderpoump, aka la House Of Belleville. C’est un peu la House de drags originelle de la nouvelle scène, elles ont été là dès le début de la HOM,  bien avant que les dragqueen pullulent et fassent des petites en partie grâce à Rupaul’s Drag Race.

@Renaud Duc

Photos 3 et 4 – « House Of Moda tout ce qui brille » et « bombe latine blonde platine » : des moment s comme celui-ci, y en a eu beaucoup, je prends ceux-là juste pour illustrer le fait que la performance était un point essentiel au sein de la soirée dès la première édition, que ce soit à un moment précis comme ici, ou tout au long de la nuit à divers endroits du club. La performance, c’est aussi les clubbeurs qui venaient lookés et participaient à cette énergie. Des moments souvent magiques et barrés !

@Jacob Khrist
@Valentin Fabre

Photo 5 – House Of Moda Nude/erotica : une backroom dans un club berlinois ? Pas du tout, juste les backstages de la « HOM nude ». À l’époque, la nudité dans les soirées “classiques” n’étaient pas vraiment autorisée, ce soir là tout le monde s’en est donné à coeur joie ! On a réitéré l’essai avec la HOM erotica I , II et à la III dans un club échangiste en mode privé, c’était kinky à souhait.

@Tchane Okuyan

Photos 6 et 7 – House Of Moda châtelaine/planète survêt : un classique à la HOM : les drags et clubkids qui se vautrent carrément sur le booth pendant les sets des djs, et les clubbeurs qui dansent à en crever derrière ! C’est pas toujours secure, ça a donné lieu à quelques accidents, mais c’est tellement bon de sentir cette vibe et cette énergie !

@Valentin Fabre
@Valentin Fabre

Photos 8, 9,10 et 11 – House Of Moda perdue dans l’open space/airlines/montée des marches/woke up like this : pourquoi se looker si on ne peut pas être immortalisé ? Beaucoup de thèmes ont permis la mise en place de photobooth, avec déco et accessoires appropriés, ce qui a donné lieu à d’étincelants shooting pour mannequin d’un soir .

@Sébastien Dolidon
@ Mathias Casado Castro
@Sébastien Dolidon

@Sébastien Dolidon

Photos 12, 13, 14 et 15 Bonus Enza Fragola : une HOM sans Enza, c’est comme une journée sans soleil ou un club sans odeur de poppers : d’une tristesse infinie. Enza c’est celle qu’on attend (longtemps, voire très longtemps) parce qu’on sait qu’elle va tout péter niveau costume ! Dans un cercueil pour La Mort, dans un vaisseau spatial pour la Futuristica, elle prend les thèmes au pied de  la lettre, mais toujours avec sa “ Enza Touch” qui marque chaque soirée de sa présence !


@Valentin Fabre
@Sébastien Dolidon
@Sébastien Dolidon
@Marie Rouge

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles
Pierre Mouton

Carte Blanche : Veronika Von Lear

Clément/Véronika Von Lear, ou quand paillettes et activisme règnent enfin sur la nuit


Before

Veronika Von Lear : « Ce qui me pousse à sortir le soir ? Ma folie ! »


Carte Blanche : Die Klar

[EXCLU] Die Klar – Ian Thorpe : nageur puissant, au finish extraordinaire


Carte Blanche : From Mexico With Love

Mixtape 119. | Macaulay – From Mexico With Love