Les Nuits Sauvages

Derrière le deck #16 : « Un couple dans les premiers rangs, se chauffait tellement que j’ai cru qu’ils allaient baiser sous nos yeux » – Heeboo

Derrière le deck #16 : « Un couple dans les premiers rangs, se chauffait tellement que j’ai cru qu’ils allaient baiser sous nos yeux »

Derrière Le Deck - Juillet 9, 2019

Vincent Ducard

Le son ça reveille la bête qui sommeille en nous. Nos pulsions les plus profondes et envies délicieusement malsaines. Ça se caresse sauvagement, se touche un peu violemment ou s’embrasse tendrement. On serait prêt à tout pour entrer en transe, alors retour sur un lourd weekend, derrière les platines, qui nous propulse au septième ciel.

IXPÉ

« FORT ET FIER »

Du jeudi 4 au dimanche 7 juillet – LOUD & PROUD 2019 – Festival des cultures queer (La Gaîté Lyrique)

Qui es-tu ?

Xavier – Ixpé – toujours avec ma banane quand je mixe.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

FORT ET FIER !

Raconte nous ta vrille de la nuit

22 h 30, devant le set de Cherry B Diamond qui passait avant moi. Elle envoyait des tracks à 159 BPM, j’étais à la fois fasciné et terrifié haha

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

J’étais surtout hyper content de faire un set spécial pour l’occasion, et je me suis bien marré à passer du RuPaul, du Divine, du Madonna, ou encore un track de Dj Paulette qui rend hommage aux femmes Djs (un peu à la manière du Teachers de Daft Punk). Du coup rien de drôle / cocasse / improbable / absurde mais j’avais envie de répondre ça !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Angel-Ho, artiste sud-africaine qui fait une pop expérimentale teintée de références voguing et house. Bien dancefloor comme j’aime, et avec une super énergie et des supers messages « Gender is what I choose you to see of me, Sexuality is who I choose to fuck ».

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

On venait de débarquer de notre croisière Discoquette aux Magasins Généraux dans le cadre de l’expo Futures of Love. Et on se disait qu’on venait de passer une putain de bonne année.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Nicolas Maalouly qui crie sur tout le monde pour que les gens rentrent dans la salle et aillent voir le concert. HÉROS !

Loud & Proud arrivant une semaine après le Pride Month, c’est aussi l’occasion de montrer qu’il n’y a pas de jour, de mois, ou de période pour être fier.e. !

CHERRY B DIAMOND

« PIMENT »

Du jeudi 4 au dimanche 7 juillet – LOUD & PROUD 2019 – Festival des cultures queer (La Gaîté Lyrique)

Qui es-tu ?

Moi c’est Kamissa a.k.a Cherry B Diamond. Mon signe particulier, lors de ma performance Dj, à la Loud & Proud c’était plutôt une combinaison improbable SEUM HER : maillot de bain, short nike et new rock, prête pour un bain de minuit avec mon idole Fatma El-Qadri.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

J’ai tellement plus les mots que je vais mettre un emoji en forme de PIMENT

Raconte nous ta vrille de la nuit

Il était 21 h 30, Nyoko Bokbae montent sur scène en mood Renoi / Tismé BG, ils ont joué avec les codes vestimentaires et musicaux (hybride r’n’b) comme never, je voyais autant le public boire leurs paroles que chanter leurs morceaux…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Je me suis retrouvée sur le stand du collectif des Milannaise « TOMBOYS DON’T CRY », à parler de genre, d’alien, et d’humain non-binaire tout en me faisant faire une manicure décrit comme « art brutastilist » dont seule Allie allias Alien avait le secret !!! Pour ma part, depuis, mes ongles sont refait, au sens propre comme au figuré !!!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je (re)jouais sur l’avant scène pour la troisème fois, là je sors mon weapon secret, un titre de Beyoncé que j’ai mixé avec du Rammstein, et à ce moment, le REAL TURN UP est arrivé. Je peux vraiment affirmer avoir ressenti une communion avec le public, ils m’ont fait me révéler, j’en ai encore le coeur gorgé de loveee.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je mixais à la Futures of Love (event « Carte Blanche » proposé par Trax Magazine, aux Magasins Généraux) avec Renaud Duc, Violeta West, Paul Lz (Kindergarden) et Anna Mensour au Make up (Monster / Klub kid). On avait le soleil et la vue sur le canal pour nous avec surtout PLEIN de « make up on our faces », et là, qui s’avance pour nous féliciter ? Jack Lang (ex-premier ministre de l’éducation (askip il a apporté la fête de la musique en France aussi). C’était tellement génial d’improbabilité, on a fait masse de selfie, le contraste était saisissant, et la good vibe aussi !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce soir là, on ne peut pas faire mieux quand on est célib’ (et apparemment pas que…) pour se pecho tranquille puisque c’est un rendez-vous annuel qui réunit des créatures venues des quatre mers et des plus belles terres… Bref, sans rentrer dans les détails, j’étais vraiment au coeur du scandale pour les plus libérées, et les plus belles début de stories aussi !! Avec ma meuf en tout cas ça nous a rapproché.

 

 

CHARLES X

« Party and bullshit ! »

Du vendredi 5 au dimanche 7 juillet – La Douve Blanche Festival 2019 (Égreville)

Qui es-tu ?

My name is Charles X and I am here to spread love and put sweet music deep into your earholes. Some people call me Rufio, just dont call me if you’re my ex.

Je m’appelle Charles X et je suis là pour répandre le love et mettre de la musique douce dans vos oreilles. Certaines personnes m’appellent Rufio, mais s’te plaît, m’appelle pas si t’es mon ex.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Party and bullshit !

Fête et connerie !

Raconte nous ta vrille de la nuit

The best moment of the festival was performing for 2 nights, my band was super electric that night and then I got to perform with my brotha Jon Onj and we killed it and brought it back to life ! This was the first festival I stayed all the days and partied ! I definitely felt the love from everyone there and some people said I was their favorite of the festival so that made me happy !

Le meilleur moment du festival a duré deux nuits. Mon groupe était super électrique le premier soir, et ensuite j’ai joué avec mon frère Jon Onj et on a tout retourné ! C’est le premier festival où je suis resté chaque jour pour faire la teuf ! J’ai réellement ressenti l’amour de tout le monde là bas, et certaines personnes m’ont dit que j’étais leur préféré, alors ça m’a fait plaisir !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

The most comical moment was when someone thought my friend Brian was me and they congratulated him on the concert haha !

À un moment, quelqu’un a remercié mon pote Brian pour le concert. Il pensait que c’était moi, c’était hilarant haha !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Lulu Von Trapp was super amazing! Their outfit was amazing and their music was straight out of the 80s! That’s my favourite kind of music !

Le groupe Lulu Von Trapp était incroyable ! Leur tenue était magnifique et leur musique était tout droit sortie des années 80 ! C’est mon genre de musique préféré !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

I had my shirt off and I was going around the party shaking hands and getting ready to do a balance with Jon for his set !

J’étais torse nu et je faisais le tour du festival en serrant des mains. Je me préparais aussi à faire les balances avec Jon pour son set !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

3 guys had the same shirt on together but one of them had on a suit with it that looked like some thing the Fresh Prince would wear.

Trois mecs portaient la même chemise, mais l’un d’eux avait un costume avec qui ressemblait à quelque chose que le Fresh Prince porterait.

MÉTÉO MIRAGE

« Meute »

Du vendredi 5 au dimanche 7 juillet – La Douve Blanche Festival 2019 (Égreville)

Qui es-tu ?

Météo Mirage / Météo Virage / Se transformer en choeurs de l’armée russe.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Meute

Raconte nous ta vrille de la nuit

En amour, quand le public présent a chanté avec nous sur notre titre « Pacifique« . Une colonie de marins pour transformer la cour du château en radeau de la Méduse, sous le soleil couchant… À ce moment là, on était très bien. 

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand vers 4 h du matin, on s’est lancé dans un concours de courses de grands-mères, avec nos potes qui étaient de la partie. On ne sait pas trop d’où s’est venu, mais on s’est mis à se poursuivre version mamies-boiteuses, avec création d’un full bonus « déambulateur », pour gagner la course. Épique.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le concert de Charles X, vers 22 h. Léo, notre guitariste, s’est pris une énorme claque devant son live, et a raconté tout ça aux autres restés au camping, avec la verve des grands soirs… Encore meilleur que les commentaires de foot brésilien.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20, on était rapatriés dans notre studio, à quelques kilomètres du festival, et on revenait d’une baignade dans la Seine, où on a lavé tous nos pêchés. 

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Notre pote Tanguy, qui nous avait déjà régalé en nous rejoignant sur scène avec sa trompette, qu’on avait perdu , et qui est ressorti de sa tente 3 heures après, pour continuer la soirée avec nous, avec une vibe hors du commun.

La course de tonneau, qui a suivi celle de grands-mères…

LULU VAN TRAPP

« Ecsta tête de mort »

Du vendredi 7 au dimanche 7 juillet – La Douve Blanche Festival 2019 (Égreville)

Qui es-tu ?

Nous c’est Lulu Van Trapp, on est une bande de bikers à béquilles.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Pour ça appelez notre agent, Mehdi Palmtree.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Alors vu qu’on est des motards on nous a filé des ecsta tête de mort. Max s’est réveillé à 14 h dans un champ, Kevin a fait le tour de tous les ambulanciers du festival et Rebecca a miraculeusement retrouvé l’usage de sa jambe cassée. 

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Pour ça appelez notre manager, Agathe Rousselle. 

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

On a beaucoup aimé le set de Darzack.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans la BM, avec tout le monde qui dormait à l’arrière, encore bourré sur le periph. 

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Charles X, xtra pure gold. 

Tu sais, quand tu danses comme une folle mais t’es en béquilles. 

LÈCHE MOI

« Moite et sauvage »

Du vendredi 5 au dimanche 7 juillet – Festival La Ferme Electrique #10 (Tournan-en-Brie)

Qui es-tu ?

Lèche Moi, Mr et Mme Mika et Sido Pusse, on est souvent habillés en noir et le plus chic qu’on peux.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Moite et sauvage (ça fait deux mots)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Mika : Je me souviens qu’après la tension du concert j’ai bu du très bon whisky et qu’ensuite mon corps et devenu guimauve, tout ça m’amène au levé du jour à faire des tours de magie stupides pour faire rire les copains, avec un équilibre aléatoire.

Sido : Pour moi c’est une vrille qui a duré deux jours de l’ouverture du festival à la fermeture.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Mika : J’ai fait de la capoeira en mode chamallow

Sido : Pendant notre concert, le couple dans les premiers rangs qui se chauffait tellement que j’ai cru qu’ils allaient baiser sous nos yeux.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mika : Je n’ai vu que Dick Voodoo en buvant le bon Whisky, ça ressemblait à Suicide et la sonorisatrice était seins nus.

Sido : Le Samedi devant Pupusse et Patrack, subjuguée par mon époux, mais le vendredi j’ai pris de bonnes claques musicale devant ENOB avec qui nous avons fait une tournée et pour moi c’était leur meilleur concert. Le Singe Blanc, Fumo Nero, j’ai loupé Bruit noir parce qu’ils jouaient en même temps que Pupusse et Patrack mais j’aurais voulu y être.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Mika : À 20 h 20 le lendemain je me suis couché et j’ai dormi, ma dernière pensée à été « j’ai faim » puis j’ai sombré.

Sido : À 20 h 20 j’étais avec les copains bénévoles et techos à les écouter raconter des conneries parce qu’ils avaient mangé des space cookies.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mika : Ce gars, dont j’ai oublié le prénom, qui dansait quasi en transe pendant Lèche Moi avec qui j’ai fait une photo dans ses bras, en robe, comme une jeune mariée.

Sido : Comme tous les ans « Berthier » en string et mini veste en jean, lighteux de l’étable qui a la chevelure d’un Polnareff qui aurait mit les doigts dans la prise.

Mika : Quand j’ai dansé la capoeira, j’ai pensé à un personnage du jeu vidéo Tekken qui a la technique de l’homme saoul pour se battre, c’est un gif avec lui.

UNCLE TFUNKY FRENCH LEAGUE

« BOUM »

ven. 5 juillet – La Boum des 10 ans (Le Centquatre)

Qui es-tu ?

Tex aka Uncle T  membre de la Funky French League. En général, dans la soirée, je suis celui qui est derrière les platines pour te faire danser !!!

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Comme son nom l’indique c’était la boum. Tout le monde a oublié ses soucis, ses aprioris afin de s’abandonner sur la piste de danse sur des gros classiques de disco et de funk.

Raconte nous ta vrille de la nuit

À partir de 23 h quand la piste de danse s’est remplie et que tout le monde a commencé à chanter les paroles des chansons. 

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Benoît Poelvoorde en train de s’éclater comme un fou sur le dancefloor comme s’il était un danseur lambda.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Quand nous avons joué notre remix du spacer de Sheila, que tous les bras se sont levés en l’air et que tout le monde a repris les paroles en coeur !!!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais sur la scène de l’AccorHotels Arena où je mixais pour la première partie de Rod Stewart et j’étais pas serein du tout lol

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un des filles, au premier rang, avec un magnifique afro qui nous a illuminé de sa présence toute la soirée en dansant et chantant comme si sa vie en dépendait !

Moi quand j’ai enfin pu quitter les platines pour aller bruler le dancefloor sur les sons joués par mes acolytes

BASSI

« TURN UP »

ven. 5 juillet – Groove Club Tropical w/ Increase the Groove & ItinéraireBis (La Java)

Qui es-tu ?

Bonjour moi c’est Sebastien aka Bassi je suis Dj résident chez ItinéraireBis. Ma marque de fabrique : « le déhanché chaloupé » technique de danse très rare dans le monde de la nuit.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

TURN UP !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Lorsque j’ai surpris mon copilote de soirée Eskha en pleine parade nuptiale avec un flamant rose gonflable géant. J’ai tout de suite été séduit par la connexion qu’il y avait entre lui et ce flamant rose. Voyant ça je l’ai invité à passer quelques morceaux avec moi. Avec du recul je crois que j’ai cassé un coup…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

J’étais en train de mixer lorsque, tout à coup, je me suis retrouvé en face d’une pastèque, d’un kiwi et d’une licorne géante en guise de public ! Les gens décrochaient littéralement le décors (fait d’objets gonflables) pour danser avec. Ne vous en faites pas, dans cette histoire, la licorne n’a eu aucune séquelle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Très beau son de pick time publié chez Tropical disco : Moodena – What Da funk.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais à Lille pour fêter les 28 ans d’un très bon ami. Je n’avais que très peu dormi et je devais en être à mon 3ème Gin Tonic… Autant dire que l’enchainement était rude !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon autre copilote de soirée Eko qui avait une sorte de grippe ce soir là et qui devait jouer à 4 h 30 ! Le pauvre oscillait entre le jaune et le vert pale en terme de teint… Je lui ai donc conseillé un remède imparable : DU RHUM. Après quelques verres il est reparti comme en 40 !

OURMAN

« Sport mortel »

sam. 6 juillet – Station BAP! – Open Air Soundsystem Culture w/ Bass Paradize (Station BAP – Versailles)

Qui es-tu ?

Prénom: Armand – Surnom: Ourman – Signe particulier en soiree : pas vraiment, juste un mec tout sec qui aime faire la fête.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La soirée à La Station BAP : un sport mortel avec des pures vibes ! Tellement dommage de perdre un lieu si parfait pour profiter à la fois du soleil et du son !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Lorsque le soleil se couchait, on a fait grimper progressivement les tempos et chuter les fréquences ! C’était intéressant de voir la réaction des gens à l’évolution de la musique. Je pense qu’on a fait des heureux ainsi que des surpris !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

À un moment pendant notre set, une des personnes qui jouaient au mölkky pas loin du dancefloor lance un baton qui va tapper dans un objet métallique faisant un son qu’était pile dans le rythme de la musique ! On était tous surpris, se demandant d’où ça venait, ça nous a bien fait marrer.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Pas un artiste en particulier, mais le back-to-back entre Bass Paradize et Few Tips to Heal. J’ai vraiment apprécié le mélange de nos influences et nos styles. Des grosses sélections dans tous les sens, c’était un vrai plaisir.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dimanche à 20 h 20, j’étais dans le studio, à puiser dans l’énergie de la veille, avec une vraie inspiration pour tester des nouveaux tempos et des nouveaux styles.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le man qui passe devant tout le monde pour venir danser devant les platines avec un skank du futur ! Il emportait tout le monde avec son énergie, nous y compris ! En plus de ça, il vient nous remercier pour la musique « qu’on a pas l’habitude d’entendre par ici ». Ça fait toujours plaisir. Sans conteste le hero de la soirée pour moi.

Toujours mon moment préféré en soirée, lorsqu’on est là, entre copains, avec absolument rien d’autre que le son !

JEREMIA BOULANGER

« Humide »

sam. 6 juillet – Trou Aux Biches (La Java)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Jérémy mais je me fais appeler Jeremia ou Jeremias ou Jérémiette. Parfois on m’appelle Jérémiasme mais je n’aime pas trop. Mon signe particulier en soirée est de rester dans les backstages.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Humide

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 3 h 20 quand j’ai enlevé mon t shirt. 

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Pasteur Charles ou le Dj le plus intense de la capitale. 

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je ne me lasse pas de Nizar. Non seulement, sa sélection est toujours parfaite mais en plus il sait mixer !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je commandais un Aloo Palak.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Comme je suis le photographe de la soirée, j’ai hâte de voir les photos développées, notamment tous ces couples, éphémères ou non, qui se créent devant mon objectif. C’est beau l’amour sur le dancefloor.

PRINCESS LASTOURS

« Vryche en émotion »

Du samedi 6 au dimanche 7 juillet – Vryche Sur Yvette Festival (La Gaîté Lyrique)

Qui es-tu ?

Prénom + surnom : Princess Lastours / Signe distinctif : Notre robe de chambre, qui nous accompagne sur la plupart de nos dates (il faisait beaucoup trop chaud, dimanche, pour la sortir. On étudie ça)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Vryche en émotion !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le festival a démarré le samedi, et en tant que Djs mais aussi organisateurs du festival, pour nous tout a commencé en interne quand notre responsable com’ a commencé à faire des roues arrières avec le manitou. Musicalement c’est sûrement l’excellent live de Robby & Stupid Flash et Groove Boys Project qui a fait partir en vrille tout le festival.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le dimanche quand rien n’a voulu marché, ni le son, ni les platines, même le casque en a fait qu’à sa tête. On a cru ne jamais s’en sortir…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Dimanche vers 21 h 20 quand Ekonopolis nous a joué Seydinah – À la Folie. C’était juste le moment parfait pour ce track on vous conseille de l’écouter et de l’emmener dans vos valises cet été.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

After !!

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui nous a marqué par sa danse c’est sans aucun doute Jeremy une des personnes qui nous a beaucoup aidé lors du festival, et ses pas de danses son tout simplement incroyables (on vous conseille d’aller voir le livestream de Vitess sur Mawifamily, Jeremy nous donne une superbe leçon)

PASTEUR CHARLES

« Doux »

dim. 7 juillet – Closing The Peacock Society: Marcel Dettmann, DJ Marcelle & more (À La Folie)

Qui es-tu ?

Salut, je suis Pasteur Charles, la plus soulful de tes copines. J’ouvrais l’after de Peacock en représentant fier du À La Folie Soundsystem, en B2B avec le jeune et brillant Transterror.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Doux

Raconte nous ta vrille de la nuit

À partir du troisième morceau, le moment où on a arrêté d’hésiter avec mon partner in crime sur « sommes-nous à l’heure du brunch ou en after » en commandant deux canons. À partir de là j’ai plus touché le sol.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le lendemain, je lis sur une story de quelqu’un qui me suis « qu’un Dj qu’elle aimait bien lui a mis un énorme vent ». Après enquête c’était bien moi. Putain je suis désolé, j’ai rien capté, je m’en veux trop.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’étais plutôt heureux qu’on combine aussi bien avec Transterror, mais je me faisais pas de doute là dessus, y a que des numéros 10 dans la team Folie. Alors du coup, je la mets à Dettmann, que j’attendais de voir se planter et qui s’est avéré être sacrément pertinent en house. C’était assez fou.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Au lit !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Oh, ben tou.te.s les copaines. Bisous mes fripouilles

Emmanuelle Rouault

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif du weekend #48 : la mise en abysses de nos jolis cœurs brisés


Night Shoot

Victor Maître redonne au beau toute la force de l’absurde


Night Shoot

Quand Rainer Torrado donne à voir le dessous des nuits sauvages


Dégif

Dégif du weekend #54 : les lumières fauves et la piste de la liberté