Les Nuits Sauvages

Dégif #113 : « Il s’est mis à danser d’une manière si sincère et expressive qu’un diamètre gigantesque s’est formé autour de lui » – Heeboo

Dégif #113 : « Il s’est mis à danser d’une manière si sincère et expressive qu’un diamètre gigantesque s’est formé autour de lui »

Dégif - Janvier 9, 2019

La danse. Et la libération. Les gestes qui se font amples. Le vêtement qui s’ouvre, les nuques qui se découvrent. La danse comme un rite de passage. La découverte d’un temple. Sans concession, sans même ni formation, la danse, cette embrasure de l’extrême, cette percée vers l’infini, ces retrouvailles avec soi-même… Tous les weekends, tu ne sors pas forcément pour boire ou choper, tu sors aussi et surtout pour danser, et tout abandonner. Menottes, contraintes et geôle dorée.

Pour ce DERNIER dégif de l’année, deux semaines avant de subir tonton gênant pendant 24 h au moins…

ROSALIE

« Nostalmagique ! »

lund. 31 déc. / Back to Nouvel An 2000 (pardon) 

Qui es-tu ?

Rosalie ou Rosa, toujours une touche de paillettes et une pinte à la main

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Nostalmagique !

Raconte nous ta vrille de la nuit

JE suis partie en amour, en bonheur et joie totale lorsque j’ai aperçu des Drag Queens sur scène en arrivant, ma passion depuis toujours ! Elles me font rêver et me touchent profondément.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand mon mec, qui n’est pas DU TOUT du genre à danser en soirée m’a fait monter avec lui sur scène pour nous trémousser, on s’est lâchés c’était génial ! Une nouvelle résolution peut-être?

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je m’en souviens très bien, la chanson Music de Madonna ! Dès les premières secondes j’étais en transe. J’étais petite lors de sa sortie et ma mère l’écoutait à fond à la maison, c’est une chanson qui me transporte dans des souvenirs et surtout qui me donne envie de bouger !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je sortais de ma gueule de bois, étonnant non ? Je baillais en coeur avec mon chat sur le canapé.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je n’étais pas tellement dans l’observation des autres. J’ai vraiment profité égoïstement de la musique, du moment sans trop regarder autour. J’aurais sans doute dû, j’ai renversé 2 bières. Oups.

CHARLY

« Comme les autres et c’est pour ça que j’ai aimé »

lun. 31 déc. / House of Moda (à la folie)

Qui es-tu ?

Charly
Charlube (instagram)
signe particulier : On me prend pour un dealer en soirée, je porte juste une banane !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

House of moda du 31 pour moi c’était une soirée comme les autres et c’est pour ça que j’ai aimé !

Raconte nous ta vrille de la nuit
Tout est parti en vrille vers 2 h 30 quand j’ai enfin pu déposer mon vestiaire (sourire) l’attente a fait monter l’excitation.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le truc drôle ? J’étais habillé en punk bitch très Dior à l’époque d’Hedi Slimane et j’avais un fouet accroché autour du cou. Quelques garçons, mais surtout un, me demandait de le fouetter et plusieurs fois dans la soirée ! Ça m’a fait beaucoup rire car je l’ai vu plusieurs fois dans la soirée et à chaque fois il attendait son coup de fouet.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je ne suis pas du genre à me souvenir des DJs ou du moins de leurs noms. Je sais surtout qu’ils m’ont fait danser toute la soirée et j’ai vraiment aimé les styles qu’ils passaient. Pas prétentieux et qui nous emmène quelque part.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais avec trois amis, on prenait le café chez un d’entre eux et on parlait de nos vacances d’été car nouvelle année dit nouveaux voyages ! La meilleure des résolutions.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a marquée sera une de mes amies, Monica qui portait des cheveux verts pour l’occasion. Elle est aussi DJ mais plutôt reggaeton. C’est une icône du style.

Il représente les deux ambiances que j’ai ressenties lors de cette soirée !

OPHÉLIE

« J’ai débuté l’année dans une brume de plaisir »

lun. 31 déc. / House of Moda (à la folie)

Qui es-tu ?

Ophélie, signe particulier en soirée: un petit couvre chef noir

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Mh.. Je dirais « flou », j’ai débuté l’année dans une brume de plaisir

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’heure où tout est partie en vrille, c’est l’heure de notre entrée à la folie haha

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai prêté ma veste à une amie, à un moment dans la soirée elle me dit « hé meuf regarde ce que j’ai trouvé dans la poche », c’était une bague à laquelle je tiens énormément et que je cherchais depuis des mois. Trop contente, je décide de la porter, finalement, je l’ai (re)perdue quelques heures plus tard dans la boîte. L’histoire paraît absurde, mais elle est pleine de sens pour moi, cette bague c’est un cadeau de mon exe. La perdre, l’oublier, la retrouver, se rattacher, ça représente bien l’histoire qu’on a vécue !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Louisaaaah, que j’ai attendu toute la soirée, et que j’ai adoré, comme d’habitude

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Oulah.. Alors à 20 h 20 j’étais dans un Franprix en train d’acheter un brocoli, pour commencer à suivre mes bonnes résolutions de 2019, et aussi, me déculpabiliser des abus de la veille Haha

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai rencontré une nana durant la soirée, je ne sais de quel manière on s’est abordées, ni la plupart des choses que l’on s’est dites, mais je sais qu’on a passé la moitié de la soirée ensemble, et que je la revois cette semaine, donc c’est que ça devait être cool, et que ça le sera sûrement encore !

SAMY

« Tout est chaos. »

lun. 31 déc. / House of Moda (à la folie)

Qui es-tu ?

Babouchka Babouche : Drakouine, femme politique et mannequin. Mes hobbies incluent l’humour, la beauté et une obsession pour la palette de couleurs bleu/blanc/rouge. Venez me visiter moi et mon univers atypique sur Instagram.com/babouchka_babouche

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

On est passés en 2019 sur Désenchantée de Mylène Farmer et depuis cette soirée « Tout est chaos. »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le shot de trop m’a emmené dans la quatrième dimension : mayday mayday il faut rentrer à la maison. Malheureusement nous avons fait l’erreur d’être pingres et de rentrer en métro. Le couloir de Stalingrad nous fut fatal, les forces du mal ont eu raison de mon porte-monnaie. J’incrimine les affiches pour Bumblebee, pousse-au-crime s’il en est. Nique ta race Bumblebee.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ma pote et influenceuse Claire (twitter.com/kleyyyre), qui après s’être pris une agression homophobe et un latte mcdo dans la gueule a allumé un lacrymo bleu afin de rendre notre arrivée à la folie plus mémorable et patriote !!!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Y’avait LOUISAHHH ce soir là ? Je l’entendais moyen moyen depuis ma soirée passée au fumoir mais sur soundcloud je suis fan ! Sinon au fumoir y’avait Reno, sans platines, mais aussi sympa !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais vivant (mais pas survivant je vous rassure !!!) La gueule de bois fut aussi longue que tragique et j’ai passé mon premier janvier à faire opposition à ma carte bleue disparue devant le nouveau show Netflix de Marie Kondo. (Mon analyse laurence haïm : je déconseille, en tant que personne bordélique je me suis senti persécuté par cette émission moralisatrice)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je ne suis malheureusement pas arrivé à temps pour la performance légendaire de la légendaire Poulette Zhava Kiki, mais sa beauté m’illumina tout le long de la soirée. En parlant de stars, dans sa tenue sexy raffinée, Étoile de Merde n’avait de merdique que le nom. Pour ce qui est de l’ivresse des gens, en rire serait un cas typique de l’hôpital se foutant de la charité, et tel Staline, je n’ai jamais fait confiance aux médecins.

Un gif qui peut sauver des vie

GABRIELLE

« Je pense souvent que la nuit est plus vivante et plus colorée que le jour »

lund. 31 déc. / BLACK DAY : New Year (secret place)

Qui es-tu ?

Prénom : Gabrielle. Surnom : Gabi. Signe particulier en soirée : j’ai toujours beaucoup de paillettes sur le visage (comme la plupart des gens dans ce genre de soirée)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La situation de Vincent Van Gogh qui a dit « je pense souvent que la nuit est plus vivante et plus colorée que le jour »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je suis arrivée à la soirée vers 1 h du matin puis j’ai choisi de prendre du LSD avec des amis donc je me suis vraiment amusée de 2 h à 9 h (l’heure à laquelle je suis repartie)

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le matin j’étais totalement dans un autre monde et j’ai voulu m’asseoir sur une chaise pour me reposer mais mon pote a retiré la chaise au moment où je me suis assise et je suis tombée par terre devant tout le monde…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

 

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20 je dormais car nous sommes rentrés seulement à 17 h chez moi car je ne suis pas de Paris !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

personne ne m’a réellement marqué spécialement mais j’ai adorais les gens car ils étaient très sociable donc j’ai parlé à de nombreuses personnes, et aussi la plupart j’adorais leurs style assez décalé

EDMOND

« Tarés »

lund. 31 déc. / BLACK DAY : New Year (secret place)

Qui es-tu ?

Edmond, on me surnomme Montmont, 26 ans, seul dans ma tête. Ou presque !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Tarés. Les gens, des grands malades ! Mais c’était cool as hell !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand ce mec est venu de force me faire renifler du poppers. Il partait plus, j’ai cru que j’allais m’évanouir, c’était cool en fait. Mais alors fallait plus me parler après hahaha

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un break incroyable. Mais je me souviens plus de l’heure, de qui, de comment. Je me souviens plus de grand chose à vrai dire huhuhu

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Il se passait des trucs pas mal niveau mélodie dans ma tête en rentrant. Mais je peux pas en dire plus ! Ha si : bonne année !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Un dîner de premier de l’an digéré, ou presque, je sommeillais sur le sofa chez mes parents avec un vinyle de Bashung sur la platine. C’était cool ça aussi.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une fille trop trop belle que j’ai suivie pendant 20 minutes. Elle a fini par me sourire. Et je lui ai dit qu’elle était belle. J’ai son numéro dans la poche encore mais j’ose pas l’appeler.

Moi qui saute dans le black hole

CÉLIA

« Sacrément fun »

lund. 31 déc. / Concrete New Year’s Eve: Konstantin Sibold, Kosme, Ben Vedren (CONCRETE)

Qui es-tu ?

Célia, toujours dans le mouvement et gros smile !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sacrément fun, et je pèse mes mots

Raconte nous ta vrille de la nuit

6 h environ. Mes potes se mettent à zozoter parce qu’elles ont la langue collée au palais comme sur un stalactite, musique terrible, c’est l’emportement : apogée du fun !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Avec une pote on s’est mis à discuter à (j’allais dire « avec » mais elle nous a quand même pas répondues) une araignée qui avait l’air bien dans l’ambiance, on lui disait qu’elle avait de la chance d’être là. On l’a prénommée Mousse.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je me souviens pas tellement de qui passait et quand, je connaissais pas les artistes avant de venir. En tous cas j’ai trouvé ça bien plus wow dans la main room !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

A 20 h 20 je crois que la fatigue commençait seulement à arriver, et ma dynamique à s’estomper. Affalée,  poulet et guacamole, en phase de motivation pour prendre un verre mais à la cool

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une nana super sympa qui commentait mon trench ; jusque là ça va… mais qui avait des dents terribles, affûtées, limées, en pointe ! J’ai pas fait la maline !

 

Quand on a enfin trouvé un coin avec un max de place, ça fusait

THEO

« Barrée »

jeud. 3 janv. / VÖLLiG VERSTRꜲhLT (Sisyphos-Berlin)

Qui es-tu ?

Moi c’est Theo, ou l’Homme table (surnom à la con donné par mes potes). Toujours habillé full noir, donc pas vraiment de signe distinctif.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Barrée, comme cette ville de Berlin et les soirées qu’on y trouve. Mais celle ci était particulièrement barrée. Le Sisyphos est vraiment un endroit à part.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Toutes les salles étaient pas encore ouvertes quand je suis arrivé. Mais vers minuit, quand la grande salle a ouverte, les gens se sont littéralement rués dedans. C’était juste du bonheur pur pour tout le monde.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ce moment où ce mec au vestiaire ne garde juste qu’un caleçon et une chemise pour aller danser, ça me surprendra toujours. Sinon cette fille à 6 h 30 au vestiaire qui allait partir et qui d’un coup décide de rester jusqu’à la fin, toute la queue pour le vestiaire était hilare.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je peux pas te répondre à cette question car le Sisyphos ne dit quasiment jamais sa prog, mais certains moments plus posés dans une salle plus petite de la boîte m’ont vraiment marqué notamment par l’ambiance pendant le set.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

20 h 20 dans le S-bahn entre Alexanderplatz et Hauptbahnhof à me remémorer ce moment et à lutter pour pas m’endormir dedans.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Là tout de suite je te dirais cette fille qui m’a fait un massage devant le son car j’étais un peu contracté. Elle m’a demandé si j’allais bien et juste après elle me faisait un massage, c’était divin ! Mais je pourrais te dire pleins d’autres moments tellement j’ai rencontré des gens atypiques !

Quand tu rentres dans la boîte et tu te demandes ce qui se passe car tout le monde est déjà là depuis trois jours et ne semble pas s’être arrêté. Puis tu te rends compte que tout va bien et tu te rappelles que tu es à Berlin

AUDE

« Sur le cul »

vend. 4 janv. / Laurent Garnier, DJ P.Moore, David Asko & Péo Watson (Magazine club – Lille)

Qui es-tu ?

Aude et si tu veux me trouver en soirée cherche un legging à carreau et des lunettes rondes tu peux pas te tromper

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Franchement Laurent Garnier m’a laissée sur le cul c’était exceptionnel

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers la fin du set de LG il devait être 4 h 20 quelque chose comme ça, il lui restait 10 minutes et c’est parti en vrille ! Meilleur closing que j’ai vu je pense, tout le monde était à fond !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Rencontrer un mec en combinaison de pingouin ; j’ai trouvé ça tellement cool j’ai été lui faire un câlin !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Forcément Laurent Garnier ! C’était le gros nom de la soirée ! Surtout que je préfère l’acid ou la tech hardcore d’habitude, j’y suis allée parce que tout le monde me bassinait avec lui et sa musique mais vraiment en m’attendant à être déçue et au final j’ai adoré !! Sa musique est juste parfaite de bout en bout je m’attendais pas à ça !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je prenais mon petit dej : réveil difficile.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Dans le fumoir un mec de 50 ans peut-être, il devait être arraché, il a commencé à nous dire a quel point la musique était exceptionnelle, à quel point la techno c’était beau et universel, que ça rassemblait les gens ; mais c’était trop drôle parce qu’il avait l’air trop ému en fait, j’ai cru qu’il allait lâcher une larme.

Ma tête et celle de la moitié du public à la fin de LG, j’arrivais plus à bouger j’ai trop dansé, y’avait plus d énergie dans mon être je crois…

ZAC

« Explosion en pleine tête »

vend. 4 janv. / Encore La Mamie’s! Perc ⏤ Randomer — Aurèle b2b Greg Mamie’s (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Zac Bar

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Explosion en pleine tête

Raconte nous ta vrille de la nuit

A 3 h, aucun doute là dessus ! Parce qu’on est rentrés dans la boîte à cette heure là et parce que Perc commençait à jouer. Et quand Perc il joue, tu sais que c’est lui

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

C’est quand même assez incroyable de servir que des demi de bière dans cette boîte !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Perc, j’ai vu que lui de toute façon. Quand il a joué Lust It de Raffaele Attanasio c’était le feu de malade, parce que j’avais aussi écouté ce son à la Reaktor du nouvel an. Je pense que sur les cinq fois ou j’ai vu ce mec c’était le set le plus énervé que j’ai entendu de sa part. C’était incroyable. Si ça avait été en festival on en aurait parlé pendant un moment !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

20 h 20 j’étais au taff de mon pote en train de manger un morceau, pas question de ressortir après la semaine de fou qu’on a eue !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon poto avec qui j’ai passé toute la soirée à perdu son manteau à la fin (il se reconnaîtra), sa Canada Goose en plus, là je commence à l’aider pour la retrouver et c’est à ce moment là qu’il se met en quête d’un meuj de K. Chacun ses priorités ahah

Quand Perc t’allume la gueule

BAPTISTE

« PARTAGE »

vend. 4 janv. / Positive Education présente : The Driver aka Manu Le Malin (Saint-Étienne)

Qui es-tu ?

Baptiste, aka Titi, je porte souvent un pull avec une reine marguerite brodée sur le cœur

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

PARTAGE

Raconte nous ta vrille de la nuit

4 h du matin, après avoir vagabondé de scène en scène tout en croisant régulièrement des amis se dirigeant vers d’autres destinations, je m’installe devant la scène 3 et commence à danser sur le set d’un artiste que je ne connaissais pas. Je me laisse emporter par le rythme des tambours pendant de longues minutes avant d’ouvrir les yeux et de découvrir autour de moi toutes les personnes avec qui j’étais venu au festival. Ils ne m’avaient pas non plus remarqué. La joie imprimée sur leur visage grâce à la musique me fait chaud au cœur. Partager l’amour de la musique et de cet instant sans savoir que nous étions réunis me rempli bonheur.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Lorsque j’ai travaillé au bar le vendredi soir, un festivalier présent l’année dernière à qui j’avais appris, lors d’un créneau également au bar à faire une grenouille en origami, m’a reconnu et est venu m’en offrir une à sont tour

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ninos du Brasil

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain du festival, à 20 h 20 j’étais dans un train à destination de Vichy dans l’optique de retourner en cours le lendemain matin. J’essayais de comprendre ce qu’il s’était passé pendant l’after en recoupant les témoignages épars de mes amis.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un garçon qui portait un pantalon en cuir et une boucle à l’oreille droite m’a surpris car, tellement pris par la musique, il s’est mis à danser d’une manière si sincère et expressive qu’un diamètre GIGANTESQUE s’est formé autour de lui. La plus belle partie est que les personnes qui se sont poussés ne semblaient pas être dérangées par sa présence mais au contraire préféraient lui laissé l’espace de s’exprimer et l’observaient avec envie.

Un homme imposant me tournant le dos dansait d’une manière assez recroquevillé. Au bout de quelques minutes, sa copine qu’il était en réalité en train d’embrasser a passé sa tête sous son bras, m’a largement souri et m’a tendu une bouteille d’eau sans que je n’ai formulé aucune demande. Le PEF c’est le partage.

MAXIROD

« Un truc de ouf. »

sam. 5 janv. / And One live + Afterparty Punish Your Machine (Petit Bain)

Qui es-tu ?

Maxirod. Signe particulier : coiffure ringarde

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un truc de ouf.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Après mon pichet de vin, c’est-à-dire dès le début du concert et jusqu’à la fin

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand Steve a voulu se faire tripoter sur scène X-D

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Quand son copain a chanté, parce qu’on craignait que ce soit nul, mais c’était super X-D

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je décuvais lentement en écrivant à Steve

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Moi. J’avais un super look ringard et une super danse ringarde.

Steve en plus jeune

JULIEN

« Incroyablement fort « 

sam. 5 janv. / Arm Aber Sexy – la suite (Terminal)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Julien, j’ai 22 ans, on m’appelle Juju mais comme tu veux. J’ai une moustache, et j’avais des doc Martens zébrées ainsi qu’une chemise colorée genre du même esprit que le 5ème élément.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Incroyablement fort

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 2 h du mat j’étais bien frit ; je me rappelle regarder ma montre et me dire que j’avais encore le temps et que j’étais bien content dans ma tête !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Au démarrage de la soirée j’ai dû attendre mon ami qui devait faire caca dans les wc sauf qu’il y’avait une queue énorme pour les toilettes du Terminal ; j’ai dû attendre 20 minutes et je suis parti boire des shooter en attendant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Anaïs Leszcynska ma littéralement fait transplanner ! Et celui qui m’a bien terminé : AICKO

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’émergeais encore de la soirée !!! Je discutais avec ma colloc et je lui disais que j’avais passé une superbe soirée bon il était peut être pas 20h20 mais c’était à peu près dans l’heure.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Oui c’était remplis d’amour et de belles personnes et des superbes personnes un esprit divin ! Comme on aime ! Voilà c’est pas qu’une personne qui m’a souris pendant la soirée mais vraiment tout le monde que ce soit des organisateurs aux Djs ou au public c’était vraiment magnifique ! Comme d’habitude !

Je me suis brûlé le nez avec le poppers mais ça va j’ai de la vaseline !

RAPHAËL

« Un bon gros bordel « 

sam. 5 janv. / Acidisco #4 (Panic Room)

Qui es-tu ?

Raphaël aka Rafale, DJ

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un bon gros bordel !

Raconte nous ta vrille de la nuit

On a commencé à mixer à 21 h avec Paul aka Unitypac, il y avait trois personnes assises en train de boire un verre on a fini à minuit le dancefloor était plein, c’est ouf comme sensation quand le public est réceptif à ce que tu passes ça te donne envie de te donner à 200%

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un moment il fallait vraiment que j’aille pisser pendant mon set je tiens pas la bière du coup j’ai laissé Paul deux minutes et j’ai foncé en haut. J’étais un peu speed je passais entre les gens et là je me prends un mec dans la gueule, je m’excuse puis je capte que c’est un miroir… Je me suis senti bien con mais ça m’a bien fait marrer je devais partager ça !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un moment Unitypac a passé une track disco il est devenu complètement fou dessus ! Il chantait et il dansait à fond c’était génial à voir. Et ça s’est ressenti tout de suite sur le dancefloor ! À chaque fois je suis impressionné par sa sélection disco, c’est un digger incroyable.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je mangeais des sushis avec ma copine en pensant à ma semaine de partiels qui arrive… vivement la fin que je puisse fêter ça en allant danser (sur de la grosse techno cette fois)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je vais pas cibler une personne mais un groupe de personnes : il y avait une grosse équipe de Rouen qui était la pour le live de Jmcorpus. Bah putain les rouennais vous mettez vraiment le feu à chaque soirée ! On avait joué à Rouen il y a un mois et c’était incroyable. Et là encore c’était les plus motivés, ils sont increvables les gars ! J’espère retourner y jouer bientôt !

Il résume bien mon petit déhanché de princesse

GUILLAUME

« Obscure »

sam. 5 janv. / 14anger x Minimum Syndicat x David Asko (1988 Live Club – Rennes)

Qui es-tu ?

Guillaume alias Gui pour les flemmard

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Obscure

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 4 h au moment du passage de pouvoir entre Minimum Syndicat et 14anger, toute la salle a compris que ça ne rigolait plus dès la première track.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand je me suis rendu compte que je cherchais un pote alors qu’il n’était pas à la soirée là je me suis dit qu’il était temps de rentrer.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le remix de The Prodigy passé par 14anger en fin de soirée qui a littéralement retourné la salle, un pur bonheur. Même tout son set carrément.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20 j’étais en repas de famille, un pur bonheur également.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon verre qui m’a accompagné toute la nuit, toujours fidèle au poste même un peu trop.

PEDRO

« Un génial n’importe quoi »

sam. 5 janv. / Mon papa est un serial killer psychedelik (secret place à Montreuil)

Qui es-tu ?

Pierre/Pedro. Pas de signe particulier, je pense…

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un génial n’importe quoi. Un truc isolé dans un bistrot/PMU ambiance hardtek puis psytrance. Vraiment marrant.

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’est parti en vrille quand mes ami.es sont arrivé.es, vers 2 h, et qu’on a commencé à prendre de la drogue.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Une personne complètement pétée vient me parler et me pose plein de questions, et me demande ensuite « c’est quoi la profession de tes parents ? », puis « t’es comment quand t’es sobre ? », avant de me donner son briquet « en souvenir » et de partir.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Shun Isuka. Darktrance. J’adore ce qu’il fait.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

À 20 h 20 j’arrivais toujours pas à dormir à cause des mélanges improbables consommés à la soirée, on est rester en after chez quelqu’un jusqu’à 13 h environ.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mes ami.es qui ne sont pas trop dans le milieu teuf/freeparty qui débarquent et découvrent, ça c’était marrant.

Ça c’est moi le lendemain.

SELINA

« Chaos »

sam. 5 janv. / 14anger x Minimum Syndicat x David Asko (1988 Live Club – Rennes)

Qui es-tu ?

Selina – Seli – Jamais sans mon bonnet

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Chaos

Raconte nous ta vrille de la nuit

La joie totale c’est le moment où tu rentres dans le 88, c’est vraiment fifty-fifty, les gens aiment ce lieux où non. Ça fait quatre ans que j’y vais, et j’ai toujours la même sensation quand je rentre dedans et que j’ai déposé mon vestiaire, il y a pas trop de monde au début c’est agréable tu peux t’approprier la salle ! Et puis c’est un peu sombre comme lieu ! J’adore !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Désolée je ne me souviens pas ! Mais il y a toujours ce même ami qui à un moment est trop saoul et fait de la merde, mais à force on s’habitue haha

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’attendais avec impatience le passage de Minimum Syndicat c’est ce qui m’a le plus marquée. Ces kicks énervés, les nappes ! C’était mental et intense.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Haha je dois vraiment répondre à cette question ? A 20 h 20 j’étais posée avec les copains on regarder des petites séries avec le bon vieux McDo

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y a cette dame un peu plus âgée, toujours présente dans la salle techno, tout les weekends. Elle danse et elle a l’air heureuse ! Elle est un symbole du 88 haha

J’étais fatiguée et la musique a fait que j’ai eu un regain d’énergie, et ça y est c’était reparti, comme en quarante ! Et ce quasi jusqu’à la fin !

 

LOÏCK

« Fusion avec la musique « 

sam. 5 janv. / Freaky Beats #13 w/ Mandragora, Unlogix, Black Muffin & more ! (GLAZART)

Qui es-tu ?

Loïck ala Lolo. Signe : fait des câlins au premier venu

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une fusion avec la musique

Raconte nous ta vrille de la nuit

Sûrement aux environs de 3 h, après avoir avalé cette petite pilule rose nommé « Tesla »

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ce type qui travaillait à « Liquid » une association qui dessine à l’aide de peinture ou feutre fluo sur les braves volontaires qui se dévouent à l’expérience. Je lui ai demandé un coeur sur la joue ce à quoi j’ai compris grâce à snap qu’il ne m’avait fait qu’un rond simple et difforme ? Quel artiste !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Difficile de me rappeler des préférences, je pense que la soirée était infestée de bons artistes (peut être Black Muffin pour donner une réponse)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

À 20 h 20 je préparais la fermeture de « Pomme de pain » la chaîne fast food pour laquelle je travaille tous les dimanches. Je pensais essentiellement à rentrer chez moi pour enfin rendre à mon corps ce qui lui était dû (du repos).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sans hésiter cette blonde qui portait une sacoche rose Lacoste, elle avait une énergie diabolique et un sourire d’ange permanent. On a probablement passé toute la soirée ensemble, elle donnait à la musique une possibilité de la regarder et d’en apprécier plus que le simple son de ses bass… C’était divin.

 

Quand on m’a dit que c’était terminé et que je devais maintenant rentrer chez moi

AURÉLIE

« Ça tape foooooort ! « 

sam. 5 janv. / Freaky Beats #13 w/ Mandragora, Unlogix, Black Muffin & more ! (GLAZART)

Qui es-tu ?

Aurélie, et on m’appel bien souvent Aurél, Auré ou Auréloush
Mon signe particulier en soirée c’est mon sweat à capuche, ma banane sur l’épaule et mes lunettes de soleil : le bon trio gagnant quoi.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ça tape foooooort !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Aaaaaah ça dès l’entrée on est plongés dedans de toute façon, tu regardes tes potes et là tu te dis que tu vas passer une putain de soirée

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai dragué et embrassé une meuf mais je m’en souviens pas (oupsi) ; c’est elle à la fin de soirée qui est venue me voir pour me le raconter (rire)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mandragora et surtout leur son Codéine c’est une musique que j’ai découverte avec des potes et quand on a entendu le début on s’est tous regardés et on a gueulé comme des tarés

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en plein repas avec des amis de la famille on était en train de manger des moules au roquefort avec des frites tout fais maison par mon papa !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Aaaah mon pote me fait toujours délire quand il est sous D, il louche et fait une tonne de grimaces ça m’fait taper des barres mais incroyable j’avoue je regarde pas bcp les gens. J’suis là pour profiter d’mes potes !

C’était le feu et complètement barré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif du weekend #23 : mythiques et mystiques premières fois


Teuffeurs 6.0

OCTAVE : « La jeunesse parisienne est de plus en plus OBDR »


After

Dégif #130 : « C’est pas tous les jours qu’on croise un pélican à paillettes en train de moonwalker sur le bar »


Teuffeurs 6.0

CASSANDRA COBRA : « Yo les jeunes y’a pas que la techno dans la vie ! »