Les Nuits Sauvages

ACAB II w/ Taran & Lomov (Lettonie) : « Le monde est déjà en train de changer ! Ce ralentissement global, c’est une bonne chose » – Heeboo

ACAB II w/ Taran & Lomov (Lettonie) : « Le monde est déjà en train de changer ! Ce ralentissement global, c’est une bonne chose »

ACAB II : All Coronas Are Bastards - Mai 6, 2020

Heeboo · ACAB II W/ Taran & Lomov (Riga, Lettonie)

Chaque semaine, les mixtapes des djs et producteurs confinés, aux quatres coins du globe, contents, pas contents, inspirés ou pas, en proie à la solitude et aux monstres de l’angoisse, ou pas. En ce mercredi – jour des enfants mais pas que – on retrouve l’énergie breakée de Taran & Lomov depuis leur Riga natale. Riga, capitale de la Lettonie, ce sont le Kiki, Autentika, le Teritorija, autant de clubs mythiques des Pays Baltes, fermés depuis le début de la pandémie Covid-19. L’occasion pour nous de nous intéresser à cette scène lettone trop peu connue ici en France et à l’un de ses duos stars, Taran & Lomov, en quelques questions et une mixtape breakée comme il faut, de plus d’une heure.

Taran & Lomov, vous pourriez vous présenter au public français ?

On s’appelle Bogdan et Max – on vient de Lettonie, on est né ici et on y travaille depuis des décennies. Depuis 2004, on a un label qui s’appelle Amber Muser et on y produit nos amis, on organise des soirées, on sort des émissions radios à l’étrange ; on a aussi un magazine en ligne qui s’appelle www.testpress.news. On a quelques projets musicaux : Taran & Lomov (techno/électro/broken beat), Queer On Acid (acid and warehouse music) et Phonetica (house and deep), donc trois projets pour trois univers musicaux.

Vous le passez où ce confinement ?

À Riga, là où on vit, on s’y est confinés assez tôt après le début de la pandémie, tout a l’air plutôt calme par ici. Puis même avant le début de cette crise, on avait l’habitude de travailler depuis la maison, notre routine quotidienne n’a donc pas trop changé. Ce qui a drastiquement changé c’est la situation des soirées qu’on avait l’habitude de tenir tous les mois. Puis le festival de musique UNDER auquel on participe habituellement, qui devait avoir lieu à Riga les 21 et 22 mai va sans doute être repoussé à l’automne prochain… Du coup on a lancé une campagne de t-shirt qui s’appelle #saveourscene, elle regroupe les clubs baltiques et les labels du coin aussi : on fait et on vend ces t-shirts avec les logos des acteurs du coin afin de les soutenir pendant cette pandémie. Tu peux checker le site ici : www.saveourscene.net. On est d’ailleurs encore ouverts à d’autres marques, n’hésitez pas à nous contacter si vous voulez participer à ce projet.

Comment vous trouvez que votre gouvernement a géré la crise ?

D’une certaine manière, on a l’impression que les conditions de quarantaine sont peut-être un peu trop strictes, parce que les petites et moyennes entreprises représentent l’essentiel de l’économie dans le pays, et parce que les clubs, les bar et les organisateurs de soirées font partie de cette catégorie. Notre scène, comme dans le reste du monde, est très affectée par cette pandémie et par les actions du gouvernement. Mais d’une autre manière, on ne peut pas dire comment aurait pu évoluer la situation si nous ne nous étions pas tous confinés…

Vous pensez que le monde va changer ?

Le monde est déjà en train de changer ! Ce ralentissement, c’est une bonne chose, le fait que les gens se soient mis à réfléchir un peu plus, cette introspection. On espère que cette impulsion aura un bon impact sur la scène ici, et qu’après la quarantaine, les gens retourneront sur le dancefloor avec une énergie nouvelle, pour un nouveau départ.

L’image contient peut-être : 2 personnes

Who are you, where do you come from and what’s your musical project?

We are Bogdan and Max — two dudes from Latvia, where we were born and worked for the past few decades. Since 2004 we run our music label Amber Muse under the helm of which we release our own and friends music, organize parties, produce international radio show, and also run an online music mag www.testpress.news. We have few music projects: Taran & Lomov (techno/electro/broken beat), Queer On Acid (acid and warehouse music) and Phonetica (house and deep) — so the three different monikers for different type of music.

Where do you live right now, what’s your own experience of quarantine ? 

We live in our native Riga, and had a lockdown in the city quite early after the pandemic began, so it seems the situation here is relatively quiet. Before Covid-19 we also used to work from home so our daily routine didn’t change much — but what changed dramatically is the situation with gigs and our own parties that we used to throw monthly. Also, the electronic music UNDER Festival that we are involved in, that is supposed to happen in Riga on May 21-22, most likely will be postponed until this autumn. 
We also launched a T-Shirts project in the global #saveourscene campaign with the Baltic clubs and labels on board: we make and sell tees with the local brands logos to support them in the pandemic times. Check them out at www.saveourscene.net. And we by the way are open for the new brands to join, so feel free to get in touch with us if you want to get involved in this project.

What do you think of how our governments handle the crisis ?

On the one hand it seems the lockdown terms are too tough, because small and medium business here makes up the bulk of the business in the country, and club, bar and party organizing business just falls into this category. Our scene, as in the rest of the world, is affected badly by the pandemic and actions of authorities. On the other hand, we do not know how the situation would have developed if there wouldn’t be a lockdown here.

Do you think the world is going to change with this crisis ? How can it change ?

It has already changed! It’s good that the world has slowed down, let everyone think a little bit and turn their eyes inside themselves. We hope that this forced outage will give a new impetus to the scene, and after quarantine the audience will return to the dance floors with fresh new energy, so this could be a fresh new start.

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

ACAB II : All Coronas Are Bastards

ACAB II w/ Lissa (Allemagne) : « La moitié des gens à Berlin continuent de vivre comme si de rien n’était »


ACAB II : All Coronas Are Bastards

ACAB II w/ Notausgang (France) : « Il y aura un avant et un après, mais je suis surtout convaincu que cet après ne viendra pas de ceux qui sont en haut »


ACAB II : All Coronas Are Bastards

ACAB II w/ Thomass Jackson (Mexique) : « Ici à Mexico, la moitié de la population vit dans des conditions terribles et ne peut pas se payer le luxe de ne pas aller travailler »


Pierre Mouton

Carte Blanche : Veronika Von Lear

Clément/Véronika Von Lear, ou quand paillettes et activisme règnent enfin sur la nuit