Les Nuits Sauvages

#06 : la groupie – Heeboo

#06 : la groupie

Astro Teuf - Décembre 23, 2016

Dans les émissions façon Strip Tease ou Confessions Intimes, il y a toujours un épisode consacré aux fans de Johnny, de Claude François et surtout, surtout de Frédéric François*. Les idoles des jeunes des autres générations ont créé des fans par milliers, mais aujourd’hui encore, la célébrité fait des ravages, et les DJ n’échappent pas à la règle de devenir parfois iconiques. Et on sait tous qu’un peu de succès = beaucoup de groupies.

La groupie, vous la connaissez ? Non ? Pourtant elle est partout, il y en a toujours une à côté de vous, quelque part, cachée dans le noir. Pour une raison obscure, la groupie est féminine, mais la groupie, en soi, peut également être masculine. Une question de proportions, de statistiques, sûrement parce que les filles sont généralement plus nombreuses à crier et à oser montrer leur amour et admiration aux artistes qu’elles ont dans leur coeur. (ou pas)

Mais comme vous ne l’avez pas tous dans votre d’amis (en réalité si, mais elle ne vous l’a toujours pas dit), on va en parler, de Stéph’ la groupie (Stéphanie ou Stéphane, au choix). Premier signe reconnaissable, Steph se ramène toujours super tôt à l’apéro, pour te rappeler l’heure de passage de tous les dj de la soirée, pour te rappeler que c’est LUI qu’on va voir, que c’est L’artiste qui ravive ses nuits, ses journées et que personne ne peut le louper, sinon soirée ratée assurée. Tu l’as compris, Steph est sous pression et stresse tout le monde avec son admiration à la con. D’ailleurs il est l’heure de partir, parce qu’il est 23h02 et qu’il serait vraiment inadmissible de louper le set de Marcel, qui commence à 3h. Mieux vaut être en avance, au cas où. On sait jamais.

Une fois dans le club, Steph s’emballe dès qu’elle voit quelqu’un dans le DJ booth, commence à perler du front en pensant que ça y est, il est là, il arrive. Son artiste préféré n’est pas encore installé mais Steph’ est déjà en place, devant les platines, attendant que son cher et tendre débarque dans la salle, tel un héros en retour de guerre, qui pourra être acclamé comme il se doit. Et le moment tant attendu arriva ! Marcel, l’idole de sa vie, s’installe tranquillement. Ni une ni deux, on entend un cri strident percer la salle : “Marceeeeeeeel i loooooooove youuuuuuu”. Oups ! Cute mais gênant.

La mélodie commence et déjà Steph danse. Le premier kick part et Steph rit en criant, sa joie atteint le summum, son mentor est là, son number one love lui envoie de l’amour à travers les basses et les beats, Steph ne répond plus de sa personne, Steph se perd dans la musique, se perd dans les yeux de Marcel. D’ailleurs Steph est proche de la syncope, proche du coma.
Ce serait trop beau que Steph s’arrête là, mais il est l’heure pour Steph de sortir la secret weapon cachée dans sa veste depuis le début de la soirée : il est l’heure de donner son billet d’amour à son idole. Parce que Steph, pendant l’apéro, avait écrit en scred un petit mot doux pour Marcel.

Sur ce mot on pouvait lire :
MARCEL, I really wanted to tell you that you changed my life forever, your music makes me feel alive and without it I’d feel really down. Thanks for everything you make and for being such an amazing person. The world would truly seem darker without you in. I love you. Forever. <3
Facebook : Steph Loves Marcel
[email protected] / +33666334543

Oui, la groupie a envie qu’on l’aime comme elle aime. Son but ultime, c’est de devenir une sorte de muse qu’on pourrait vénérer autant qu’elle vénère ceux qui la font vibrer. Son amour inconditionnel pour son artiste préféré, la groupie ne sait pas d’où il vient, mais elle sait que grâce à lui, elle se sent bien. Et si en faisant des déclarations, on peut aussi la retrouver pour lui retourner un peu d’attention, forcément, elle ne dit pas non.

Steph a donné sa lettre à l’eau de rose en papillonnant des cils de façon très insistante, pour être sur(e) de ne pas échapper au court remerciement de Marcel. Ce moment magique sera le climax de sa soirée, le moment phare de son année, voire de sa vie.

Ce serait con de s’arrêter en si bon chemin, et Steph est pris(e) d’une folle envie d’avoir un autographe sur sa table de chevet, à côté de son lit. Ni une ni deux, notre groupie de compèt’ court vers la billet’, où elle décroche une affiche du mur, demande un stylo à un barman, avant d’aller pécho Marcel en sortie de set. Cet échange entre les deux ne durera pas plus de 40 secondes, Marcel oubliera à jamais Steph, mais Steph est ravie, Steph a les larmes aux yeux, Steph a réalisé son rêve de jeune adulte. Steph, ce soir là, se couchera aux anges en contemplant son Saint-Graal durement gagné. Un petit bisou sur la signature de Marcel, et hop, Steph rejoint Morphée plus sereine que jamais.

Steph la groupie est un exemple plutôt sain du genre qui court dans la nature, elle a crushé sur un seul artiste. Mais Steph la groupie a de nombreuses cousines qui n’ont pas d’idoles particuliers, qui vénèrent juste le premier arriviste venus les faire danser. Les cousines de Steph sont beaucoup moins naïves et innocentes, et font les yeux doux pour se sentir puissantes. Les cousines de Steph sont bien moins fun et beaucoup plus chiantes, le genre solo et insolentes, et de toute façon Steph fait déjà partie de la bande, pas besoin de ramener toutes ses cousines, on aimerait encore entendre quelque chose en soirée plutôt que de subir leurs cris de dégénérés.

Steph, nous on t’aimera toute notre vie, et on a hâte de t’entendre à nouveau crier “oh ouiiiiiiii oui ouiiiii” quand tu reverras ton artiste favori. Grâce à toi, plus belles sont ses nuits.

* magnifique article pour illustrer le pouvoir d’être fan : Elle sort du coma après un appel de son idole Frédéric François.


crédit illustration : Paillette

Lily

Articles similaires

Plus d'articles

Collectifs

Nowadays Records, dès aujourd’hui le label de demain


Interview Nuit

Aubry : « Une vie sans le cœur qui fait des bonds, ça sert à rien. »


Je fais des teufs et j'aime bien ça

Nouvelle Vogue : « Pour nous la mode c’est pas faire 1m75, peser 50 kilos et avoir des tonnes de biftons pour avoir du style »


Dégif

Dégif #Queer Station 6 : « La foule en délire se déhanchait frénétiquement, jusqu’à littéralement grimper au plafond ! »