Heeboo se pose tranquille, en place, pour te faire découvrir un son de la semaine. Parce que découvrir un truc de fou, quand ça joue nulle part, c’est un peu boring. Mais découvrir une dinguerie quelques heures ou quelques jours avant la grande date, c’est parfait ! Après Coucou Chloé et son premier EP sorti sur Creamcake en octobre dernier, on découvre un copain à elle, Lëster, en live ce soir à la Shemale Trouble #7, au côté de Maud Geffray ou encore Laura Clock.

Parce qu’ici on adore avancer dans le temps et la musique, le soutien à ceux qu’on appelle les Digital Natives est total. Alors en bon amateur de nouvelle wave, on a flashé cette année sur le jeune Lëster, merveille d’inspiration en matière de bricolage électronique. Après quelques jolies dates remarquées tant à Paris, à l’Espace B par exemple, ou à l’International, Petit Bain et Club 56, qu’à Buenos Aires ou même Tokyo, on le retrouve ce soir au Klub, pour une des soirées les plus surprenantes de la capitale, la Shemale Trouble.

Quiii ? Lëster

Quuouué ? émo électro

Where : vendredi soir pour la Shemale Trouble #7 au Klub à partir de minuit

Le biz, la tune, le fric : 8 balles ma fille

T’entres pas sans : tes compensées

Mot de passe : “Lolita”

Potos et influences : Le Vasco, Coucou Chloé, Alizée, Arca, KIA, Holly Herndon, James Ferraro, Ok Lou

On aime parce qu’ : il y a de la poésie dans le DIY digital. Quoi qu’en dise les vieux de la vielle, l’avenir est -aussi et surtout- aux ordis, aux âmes belles qui produisent chez eux, en quelques clics, quelques touches actionnées alors que le soleil se lève à peine, ou que la nuit s’étale encore devant eux, le moral aux anges ou à zéro, comme une poétique nappe sonore encore en ébullition du jour qui tremble.

Non mais en vrai :  pour sa géniale reprise de Small Town Boy et pour son track, Eyes, sur lequel on avait flashé cette année

Son astro chinoise (pour savoir si tu matches) : d’après ELLE, il est Chien

Son grigri : il croit un peu que ses bagues lui portent bonheur mais il les enlève jamais donc c’est pas un grigri pour lui

Son kiff culinaire post-set : une grosse pizza après la scène, parce qu’il mange pas avant

Pourcentage de chope sur son live : 99% sur Eyes, mais faudra tout donner