Baby’O, aka Raquel, passe du coq à l’âne avec la délicatesse d’un chaton. Étrange et glissante, terrifiante ou fleurie, maligne et sensuelle, les morceaux qu’elle lance sont (quasiment toujours) des découvertes, des redécouvertes de perles entendues par-ci, par-là, dans des vies antérieures qu’on avait salement étouffées. Pour la deuxième édition de Plage Arrière, samedi au Chinois, les mignons de Polychrome ont convié à nouveau ce juxebox sur (jolies) pattes pour un dj set smooth et entraînant, mais aussi pour rythmer les intermèdes des changements de plateau ! On a hâte !

baby'o-1-polychrome

 

Prénom : Raquel

Nom de scène : Baby‘O

Pourquoi ?

C’est le nom d’une boîte de nuit kitschissime à Acapulco. C’est un très gros bâtiment sur l’avenue centrale en fausse pierre taillée formant un gros “BABY ‘O”, devant lequel je suis passée mille fois petite. Ça m’a toujours fait rire.

Le mot qui te vient en tête quand on te demande de parler de ta musique ?

“Éclectique” (oops j’aime pas trop ce mot), ça change beaucoup.

Le mot de la première rencontre ?

Salut toi !

La réaction plus improbable qu’on ait eue par rapport à ta musique ?

C’est compliqué, ma mère m’a interdit de jouer autre chose que le piano (boring) assez jeune quand elle m’a vue jouer dans un bar miteux avec mon premier groupe de filles. J’ai pris ma toute petite vengeance quelques années plus tard.

L’endroit parfait pour jouer de la musique ?

Mon salon.

A quel moment du jour ?

L’après-midi.

Et on boit quoi avant de monter sur scène ?

Whisky !

Plutôt blonde, rousse, brune ?

Blonde, please.

L’endroit que tu aimes le plus au monde ?

Mon lit.

Le film qui a changé ta vie et ta vision du monde ?

Puce Moment – Kenneth Anger (1949), merveille douce, courte et efficace, la musique de Jonathan Halper rajoutée des années plus tard est parfaite aussi. Ou sinon, Serial Mom – John Waters (1994), mes parents avaient acheté la VHS avec la typo bien colorée, croyant que c’était une comédie toute douce, le film a tourné en boucle pendant des années dans mon magnéto.

Tu prendrais quoi comme livre avec toi sur Mars ?

La superbe compil de Fábulas Pánicas d’Alejandro Jodorowsky.

Et si tu devais choisir une nouvelle époque de naissance ? Ce serait quoi ?

Je pense dans les 1940’s, pour faire la groupie et tenter ma chance avec le jeune Pierre Clémenti des 1960’s.

Et quand RIEN NE VA, tu fais quoi ?

Je regarde un film, je dors, puis je sors.

L’idole du passé que tes parents n’approuvaient pas, c’est qui ?

Gloria Trevi, chanteuse mexicaine hyper rebelle, qui s’est avérée totalement folle et mêlée dans des scandales d’agression sexuelle de mineurs à la fin des années 1990’s. Elle n’est plus en prison et fait de la pop dégueulasse maintenant.

Plutôt drogue douce ou drogue dure ?

Douceur.

Tu te vois comment ? Plutôt barrée ou sage comme une image ?

Plutôt sage comme un singe.

Tu préfères quoi ? Le before, le club, ou l’after ?

Tout !