Et oui Barbi(e)Turix c’est bien plus qu’un collectif de belles gosses qui organisent des teufs. C’est un groupe de femmes, fatales, qui savent ce qu’elles veulent et ce qu’elles valent, qui ont une voix et qui la font entendre, rayonner, raisonner. Et pour notre plus grand bonheur elles remettent le couvert, au Cabaret Sauvage ce Samedi 10 Septembre pour la désormais cultissime WET FOR ME. Rendez-vous incontournable des gens chouettes qui veulent faire la fête sans se prendre la tête, venus se rassembler pour danser l’Amour, la Paix.

Tu l’auras compris La Wet for me n’est pas qu’une simple beuverie, c’est surtout un bon moyen de passer du bon temps en célébrant la vie. Et comment ont-elles donc accompli cette belle prouesse ? C’est Rag, directrice artistique du collectif, qui nous a débriefés. Débuts, galères, premiers nichons et conquête de la France, retour sur le parcours de ce girls-band décomplexé.

Présentation en douceur, parle nous un peu des demoiselles qui composent Barbi(e)turix et ce qu’elles y apportent ?

L’équipe est divisée en deux pôles principaux : le webzine d’un coté avec une dizaine de rédactrices et les soirées de l’autre avec un noyau dur de 3-4 personnes. Mais nous sommes toutes polyvalentes, une belle équipe. Il y a Lubna, Nari, Cassie, Angie, Marie, Adeline, Emma, Anne Si, Chloé, Isa, Sarah, et bien d’autres encore, l’essentiel étant d’avoir un prénom en I ou en A. BBX

A l’origine Barbi(e)turix c’était quoi?

Un Fanzine fun, riot et féministe ! Puis les soirées ont été créées pour financer le fanzine et ont connu très vite un vif succès. Puis la première version du site Internet a vu le jour en 2009. .

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui le projet reste assez fidèle finalement, même si tout a pris beaucoup plus d’ampleur. 

Dans tout ça, c’est quoi la plus grosse difficulté lorsqu’on est un collectif féminin et lesbien à Paris? Une anecdote, un souvenir en particulier?

Côté soirée, je dirais la crédibilité. Les clubs avaient du mal à nous faire confiance, à croire en notre professionnalisme et notre capacité à drainer les foules. Nous avons réussi à prouver le contraire, même si nous devons toujours en faire deux fois plus pour être entendues ! Normal, nous sommes des femmes dans un milieu masculin …
Une anecdote ? Un club dont le responsable ne nous prenait pas vraiment au sérieux, c’était notre première soirée dans son établissement. Lors des rdv tech nous avons bien pris le temps de tout exposer, souhaits et contraintes, mais il ne nous écoutait que d’une oreille. Le jour J la soirée l’a complètement dépassé, il ne s’attendait pas à ça. Aucune remise en question. Par la suite, dans son discours c’était nous et notre public le problème, pas lui évidement 🙂

Je vois le genre ! Bon et dis-moi, Barbi(e)turix se positionne comme un collectif LGBT à vocation culturelle, pourquoi ne pas avoir choisi le parti pris du militantisme pur et dur?

Nous sommes militantes de par notre engagement à donner de la visibilité aux femmes, aux lesbiennes, à la communauté LGBT. Faire des soirées à cette image, c’est du militantisme tout comme gérer un site web culturel. Il y a mille façons d’être militante.

Et est-ce que des clubs ou des bars ont déjà refusé de vous accueillir, ou même des artistes refusé de jouer ?

Bien sûr, les gouines, c’est un sujet qui fâche :). Entre les clubs qui ne veulent pas recevoir de soirées lesbienne et les artistes qui ne veulent pas être catalogués « communautaire », on a eu le droit à tout et n’importe quoi.

C’est bien dommage… Paris compte de nombreux collectifs qui nous offrent un panel de soirées diverses et variés. Y en a-t-il un en particulier que vous affectionnez en particulier ?

Oui, on aime bien le travail des Fils de Venus.

C’est vrai que ce qu’ils font est sympa! Côté programmation lors de vos soirées, quel est le parti pris ?

Mettre en avant des artistes femmes tout en défendant une mixité.

Vous avez déjà investi Lyon avec la Wet, est-ce que la Wet investira bientôt d’autres villes en France ? Et dans le monde ?

Oui ! Nous retournons à Lyon le 14 octobre et nous serons à Lille pour la première fois le 18 novembre. Il y a une vraie demande partout, beaucoup de chose se concentrent à Paris, surtout pour les lesbiennes, c’est dommage. On voudrait changer cela. Nous sommes prêtes pour faire le tour de France 🙂

Top ! Ton meilleur souvenir, le plus fort, le plus grandiose, lors d’une Wet?

Lorsque la foule à envahi la scène pendant le set de Peaches, elle a même dû monter sur le pratos. C’était complètement dingue, tout le monde se foutait à poils !

Et le pire?

Une coupure électrique à 3h du matin, quand la soirée battait son plein.

Aouch… Jusqu’à maintenant, de quoi êtes-vous les plus fières?

Je pense à la Wet juste après les attentats du 13 nov. Positivement l’atmosphère la plus bizarre de tous les temps. Nous nous sommes toutes serré les coudes pour que la soirée ait lieu, c’était important pour nous.

Merci Rag, et Merci Barbi(e)turix) ! On a hâte de vous voir envahir la France, l’Europe, le Monde !
Car oui si tu ne l’as pas encore compris, toi derrière ton ordi, c’est grâce à des personnes comme elles que les choses changent, que les events bougent, que les mentalités évoluent. Alors viens vite rejoindre le mouvement en marche et la foule en délire ; viens jeter un œil sur ton avenir si tu l’oses, en te faisant tirer les cartes, viens goûter à la chaleur des corps sur le dancefloor. Viens, et laisse toi guider dans les entrailles du Cabaret Sauvage : samedi enlève ta culotte c’est elles qui pilotent !

crédit photo : Marie Rouge