Les 5 teufs à ne (surtout) pas rater en novembre – Voilà, on va encore vous parler de la pluie et du beau temps. Non parce qu’en vrai, c’est aussi ce qui régule nos envies, nos besoins et nos sorties. En ce mois de novembre, les fêtes vont clamer leur envie de résister. Leur acharnement au combat. Leur auto-détermination victorieuse, et la nécessité pieuse de continuer à fêter, coûte que coûte, goutte que goutte. Parce que oui, il va pleuvoir ce mois-ci, il va bruiner des teufs insolites, décalées et toujours aussi sauvages !

Novembre c’est toujours un peu le dernier instant où la fête peut changer ta vie. C’est la dernière opportunité, pour maints collectifs, de se faire un nom, de prouver une dernière fois avant de mettre les voiles , qu’ils ont leur place dans le game, leur mot à dire et que les promesses à tenir l’année suivante seront incroyables. Novembre, c’est aussi un pari que l’on peut se lancer, pour lancer une première soirée. Mais alors le risque est grand : ça passe ou ça casse. Novembre, c’est le mois où parfois, tout peut se jouer.

On entame du coup le mois avec une de nos soirées chéries, qui a réellement changé le paysage festif des environs ces dernières années : la ParkingStone, qui revient avec une treizième édition de tous les feux samedi 4 novembre au très sale et habituel Chinois à Montreuil. On poursuit avec une fête de journée en veux-tu en voilà avec la première édition de Undergroove ; c’est aussi en banlieue, dans une warehouse à Bagnolet, et il y aura du thé à la menthe, youpi. Ensuite, direction la soirée PUTA (encore une première soirée), toute de cordes serrées, le vendredi 17 novembre à la Java, aussi libre que libérée, aussi libertaire que libératrice, on aime ! On enchaîne avec le lendemain, l’ouverture toute la nuit du Pavillon des Canaux pour la Baston. C’est parti pour un squattage de cuisine garanti très libéré. Enfin, on prévoit de secouer la tête un peu trop fort à l’occasion de la Blocaus spéciale Jealous God à la Machine du Moulin Rouge. Une soirée techno post punk comme on les aime. Go !

21687882_2110084519302871_3103092526846484455_n

1 – samedi 4 novembre – ParkingStoneXIII (Le Chinois)

Pourquoi ? Parce que c’est déjà la 13e édition d’une des teufs les plus décalées du moment : la ParkingStone. Décalé, pas parce que c’est lol, drôle ou léger. Décalé parce que pénétrer une ParkingStone c’est comme se jeter dans une piscine sans fond. Tu sais d’où tu pars, tu sais comment aborder la chose, mais tu ne sais jamais trop à quoi t’attendre, et si tu en sortiras entier, vivant, le ou la même. Une ParkingStone c’est comme une canette de coca que t’agites comme un guedin, une semaine avant de l’ouvrir vraiment. Le goût est là, t’as tout préparé, et la giclée est digne de ce nom, tu t’es fait mal pour la bonne cause. La ParkingStone c’est la roue lustrée d’une Ferrari qui démarre à toute blinde dans une flaque d’eau pas forcément clean. La giclée, la giclée, la giclée.

En vrai ? Parce qu’il paraît qu’il y aura des cheerleaders, enfin c’est nightcoregirl qui le dit !

Motifs de chemise : Sors ta casquette “I <3 chaos”, c’est le moment. Sinon, il te reste le look total burka. C’est sympa aussi !

Mot clef : CORE

Guest de l’amour : On a un amour très grand pour nightcoregirl, tu l’auras compris. Sinon on est fans de For You Katrina !

Heure de pointe : 00 h 01

Potentiel de chope : 91 % mais il faudra rester jusqu’à la fin et mettre les pieds au fumoir. Attention, les murs égratignent… et après ça gratte. Mais c’est bon.

% sauvagerie/déviance : 92 %

Les bails : de 22 h à 07 h

$ :  8 / 10 euros

Event Facebook

22528358_534074206926054_553761877996242350_n

2 – samedi 11 novembre – Undergroove 01 : La première (Le Hangar Bagnolet)

Pourquoi ? Stop aux hangars froids et industriel ! Vive la fête douce et lunaire ! Parce qu’il est vrai, que les progénitures 6.0 de raves parties et autres frivolités industrielles ont depuis quelques années, la vie belle. Parce qu’il est vrai que quand tu tabasses, pas mal d’entrées, tu ramasses. Mais qu’en est-il de la house groovy et de la techno minimale ? Qu’en est-il de faire la fête en pleine journée ? Surtout quand ce n’est pas l’été ? La réponse, samedi 11 novembre, au Hangar Bagnolet à partir de 10 h du matin, au réveil ou pour l’after. Au programme : deux espaces, deux univers, pour deux types de matinées, deux types de journées féeriques, entre paillettes et thé à la menthe (OUI, tu as très bien compris, “thé à la menthe”). On dit merci  à Gala Electronique, Basic Movement et Klarins, pour l’initiative, qui donne déjà le sourire !

En vrai ? On t’a parlé du thé à la menthe ?

Motifs de chemise : Fleurs et thé à la menthe

Mot clef : ACID DAY

Guest de l’amour : On aime la bonne humeur musicale de Mr. Bolivar et de Guillermo Jamas

Heure de pointe : 10 h 10 on est al !

Potentiel de chope : Clairement, tout dépendra du croissant que t’auras mangé au réveil et/ou du vomi à l’after… de ton degrés de fraîcheur quoi !

% sauvagerie/déviance : 70 %

Les bails : de 10 h à 23 30

$ :  5/8 euros

Event Facebook

22195523_278436916002851_2265165955503383047_n

3 – vendredi 17 novembre  – Prude Pride présente ♛ PUTA ♛ (La Java)

Pourquoi ? Parce que c’est le genre de soirée qui tombe à PIC ! Autoproclamée brûlante et insolente, ce nouveau rendez-vous du collectif Prude Pride (FUKTN & PLAYNIGHT) annonce la célébration la plus chaude de tous les vices les plus délicieux. Parce qu’être un ou une PUTA c’est une victoire, un besoin, et une fierté. L’affirmer haut et fort, c’est combattre les clichés, discriminations multiples et idées données. Être PUTA c’est vivre sa vie comme on l’entend, c’est se sentir libre de corps et d’esprit. Ceci est mon corps et il m’appartient. N’oubliez jamais.

En vrai ? PUTA” : Si tu en as marre de te faire insulter de PUTA quand tu refuses des avances, Si tu en as marre de te faire traiter de PUTA parce que tu as envie d’avoir plein de partenaires, Si tu en as marre que PUTA ne soit pas respecté.e“.

Motifs de chemise : Ce soir là tu te fais plaisir, alors mets ta timidité au placard et sors tes plus sensuelles matières transparentes, tes résilles, ton cuir, ou même… rien du tout. En bref, sois toi-même bébé !

Mot clef : PUTALAND

Guest de l’amour : Marion, du collectif La Klepto, qui retourne toujours les dancefloor là où elle passe de sa techno claire-obscure et sexy.

Heure de pointe : 02 h 04

Potentiel de chope : 94 %

% sauvagerie/déviance : 90 %

Les bails : de minuit à 06 h

$ :  7 balles toute la nuit

Event Facebook

baston

4 – samedi 18 novembre – Baston #2 – Desperate HOUSE (Wives) (Le Pavillon des Canaux)

Pourquoi ? Parce que c’est la promesse d’un apéro qui dégénère. Le Pavillon des Canaux, tu l’aimes, tu le quittes qu’à 02 h habituellement, parce qu’on t’y force. Alors ce samedi 18 novembre tu vas clairement t’accrocher aux rebords de la baignoire, parce que personne ne te demandera de partir. Tu pourras squatter la cuisine et secouer la tête sur les tubes disco de Pardonnez-Nous (aka un des crew les plus cools et colorés de paname) pour la Baston, qui n’est en fait, qu’un gros concentré d’amour(s) révolutionnaire(s). Baston, c’est pour les gens qui se foutent de tout mais aiment le faire ensemble. Baston, c’est une soirée un peu délurée, à la bonne humeur communicative et au zbeul obligatoire (tu zbeules pas, tu rentres pas). Pour une nuit, juste une nuit, le Pavillon des Canaux se transforme en bordel, sous tous les sens du terme. Et c’était impossible ne serait-ce qu’imaginer le manquer, ce gros défouloir de foutoir.

En vrai ? Parce qu’on a envie de se battre en faisant des câlins, c’est nouveau, ça doit être bien, non ?

Motifs de chemise : Loupe de détective, pour trouver le fessier solitaire qui manque à ta nuit, et un plumeau, mais on te dira pas pour quoi…

Mot clef : ADULTE(RE)

Guest de l’amour : Les mignons de Pardonnez-Nous, bien sûr !

Heure de pointe : 00 h, pour trinquer !

Potentiel de chope :  45 % à 22 h, 97 % à 04 h 45, il va faire sombre dans les recoins malins de cette GRANDE maison de famille…

% sauvagerie/déviance : 88%

Les bails : de 18 h à 06 h

$ :  free

Event Facebook

22281851_1463096257142516_8565727033954689954_n

5 – samedi 25 novembre – BLOCAUS & La Machine présentent : Jealous God Label Night (La Machine du Moulin Rouge)

Pourquoi ? Parce que le line-up est très très très musclé. Sans doute le meilleur line-up du mois, nous dirions-vous ! Aucune faute. Pas d’erreur. Rien n’est laissé au hasard ce soir-là. Car c’est Jealous God qui est mis à l’honneur. JEALOUS GOD. Oui, monsieur. Oui, madame. Le célèbre label né des cendres de Sandwell District qu’on choyait déjà et qu’on pleurait un peu. Jealous God, ou l’un des meilleurs générateurs de pépites du moment. Fascination industrielle post-punk, Jealous God attire l’œil, apaise l’oreille, rétablit l’ordre, possède les corps, dépossède les cœurs. Cette soirée est à marquer au fer noir. Tu ne vas pas quitter la fosse, repose toi bien d’ici là, car tu ne t’en remettras peut-être pas.

En vrai ? Pour le b2b Silent Servant & Phase Fatale, qui va sans doute provoquer quelques malaises. Allo allo le 911 , vous êtes là ?

Motifs de chemise : Allez, fais péter le t-shirt, vive les torses humides et poitrines assumées ! Même en plein Paris on devrait pouvoir être capable de se lâcher sur des massacres musicaux pareils.

Mot clef : DÉSERT SANGLANT

Guest de l’amour : Phase Fatale, parce que c’est le nouveau chouchou de la sphère industrielle et qu’on l’a pas encore vu assez jouer par ici !

Heure de pointe : Évite d’arriver après 01 h, car rien n’est à jeter dans cette soirée, tout est à savourer !

Potentiel de chope : 79 %, tout dépend du degré de niaiserie de l’ensemble

% sauvagerie/déviance : 82 %

Les bails : de 00 h à 06 h

$ :  15 / 18 euros

Event Facebook

Et merci à Rainer Torrado pour ce fabuleux cliché pris à l'occasion de la soirée Flash Cocotte!