ABSL, ce pur produit Blocaus, a grandi aussi vite que son collectif. Aussi discret que talentueux, Timothée de son vrai nom, n’est pas du genre à se mettre en avant. Ce qui prime avant tout, c’est sa musique. Producteur invétéré, il décide de se consacrer depuis peu à son unique passion. Mêlant des influences EBM et dark techno, sa patte devient de plus en plus reconnue et attendue sur la scène parisienne.

 

Vendredi, ce sont les danseurs de la No Borders, qui auront le plaisir de se faire envoûter par sa musique sans concession.

12932827_858329177625866_7579805099394080659_n


Comment t’en es venu à la musique ?

Par la production principalement je suppose, mon frère avait FL Studio quand j’étais plus jeune, mais après j’ai toujours écouté beaucoup de musique, même pour dormir.


ABSL, ça signifie quoi ? Un rapport avec l’ADSL ?

Pour cette question il me faudrait plus d’une ligne, j’aime bien prendre mon temps pour l’expliquer. Donc si quelqu’un passe une soirée avec moi je me ferai un plaisir de l’expliquer.

C’est quoi ton parcours de vie en dehors de la musique ?

Ha !
J’ai un parcours de glandeur, après avoir arrêté les études, j’ai bossé dans la livraison de sushi, puis, arrivé sur Paris j’ai travaillé dans la vente en friperie (ce qui était bien ma came pour le coup).
Puis très récemment j’ai arrêté de travailler pour me consacrer entièrement à la musique. C’est impossible d’avoir un boulot et de faire de la prod en même temps, et cette frustration là n’était plus possible pour moi.
14695520_986322451493204_8528500828182370534_n

Raconte nous un peu l’épopée Blocaus.

Blocaus organise quelques unes des meilleures soirées sur Paris depuis pas mal d’années maintenant, avec de beaux line-ups. C’est Exal, grand ami de longue date, qui m’a présenté. Depuis, Blocaus a lancé son label Blocaus Series (sous la direction des frères Maherzi et d’Anetha) avec déjà 4  EP et VA confondu.  D’ailleurs je suis sur le prochain VA aux côtés de Kangding Ray, Raär et Rhubarb.

En général on te retrouve dans quelle type de soirée ?

Principalement un appart, en train de faire mon intéressant, avec une tête de gogol et quelques blagues douteuses dans mon répertoire.
Je suis pas très fan des soirées en club, c’est vraiment difficile en France d’avoir des clubs où tu te sens libre où tu peux vraiment danser et t’oublier l’espace de quelques heures.
Tu auras toujours des gens impolis qui te bousculeront ou un videur qui te met un coup de light dans la gueule si tu danses deux secondes les yeux fermés.
Sinon dans des concerts, de Power Electronics (cimer Ivan) ou autre musique expérimentale. 

Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour le futur ?

De la réussite sans vendre mes fesses. C’est plus important d’être reconnu par ses pairs et d’être connu non ? J’ai d’autres projets que je vais enfin pouvoir commencer, donc espérez moi assez d’inspiration pour ceux-là et puis que ABSL continue son bout de chemin avec de belles futurs releases.