Verser du poppers dans ta bière, manger des croques monsieur à la raclette en soirée, aller en after quand la soirée finit à 9 heures, coucher avec un(e) parfait(e) inconnu(e), ne pas dire bonjour à ta mère le matin… La liste de tes péchés s’allonge à chaque soirée. Vivement la fin de l’année.

Cette fois-ci moins de soirées, mais plus de détails ! Découvrez les aventures de nos reporters des nuits sauvages :

  • Marine a profité de la soirée Plage Arrière pour montrer des photos de son chien
  • Julie a couru après les queux de dinosaures à la Fête des Voisins
  • Ast. a chanté sous la neige
  • Loïs nous fait regretter de ne pas être allés à la birthday party de Mains d’Œuvres
  • Nine a vu des choses bizarres dans le métro
  • Thomas a dansé jusqu’à 9 heures bercé par les kicks de la Triptyque

marineMARINE

vendredi 8 dec. / Plage Arrière (Le Chinois)

Salut Marine ! T’es qui et pourquoi tu fais la fête ?

Salut ! Je suis Marine, j’étais étudiante en urbanisme sur Paris, je suis partie vivre à Mexico quelques mois et je suis revenue depuis peu, pour quelques mois ou années.

Je fais la fête principalement pour la danse et les lumières des clubs ou bars, j’adore les lumières, de toutes les couleurs, et mon rêve serait de flotter parmi des boules disco
Ce week-end j’ai fêté mon anniversaire et suis allée à Plage Arrière, au Chinois, à Montreuil. Ce n’était pas mon jour d’anniversaire, mais j’ai fait comme si…
C’était comment alors ? Raconte ta soirée !
23215434_1751925808164716_7634487329644815910_o

J’y suis allée avec trois potes, dont un que je n’avais pas vu depuis mille ans (enfin quelques semaines) que j’aime et admire trop. Du coup j’étais dans cet état niais et heureux.

Avant j’ai bu un verre dans un bar et j’ai eu débat sur le monde de la mode, de l’art et du capitalisme, et j’ai aussi eu l’occasion de rencontrer un type du Connecticut et j’ai imaginé ma vie perdue dans une ville moyenne des US.
Pendant le trajet, on a pris le métro, c’était long et après on est presque morts de froid car on a décidé de boire du vin pas cher dans la rue, juste avant de rentrer, mais il avait un goût de fromage vieilli et c’était moche.
J’étais déjà très atteinte par la boisson en arrivant au Chinois et j’ai adoré l’endroit ! J’y étais déjà allée une fois seulement et je le trouve super safe”, sans les gros machos qui pullulent souvent dans les clubs parisiens. En plus la pinte à 5 euros, c’est gentil.
Lorsque je suis arrivée, il y avait peu de monde, mais déjà de très bonnes danseuses & danseurs sur la piste et beaucoup de lumières (rouges).
J’ai tout de suite regardé la DJ que j’ai trouvée très jolie et après je me suis dit que j’allais commander des pintes pour tout le monde. Or, je me suis rendue compte que j’avais pas capté qu’on était autant quand on m’a dit que le sans contact n’était pas possible pour ce montant”. 
Après j’ai re-croisé une fille de Bruxelles qui avait travaillé dans le même centre culturel que moi à Buenos Aires ! Elle était avec un pote Brésilien avec qui j’ai eu une conversation sur le potentiel cool et gay de Berlin. En me montrant des photos de ses enfants, il me disait qu’il préférait Berlin (où il vit depuis 15 ans) à Paris. Je lui ai offert une bière, je lui ai montré le chien que j’avais quand je vivais à Mexico et je lui ai dit que la danse et mon chien étaient mieux que les enfants, même si je trouvais les siens très beaux.
Cette soirée était vraiment unique car plein d’ami-e-s de différents groupes étaient réunis sur le même dancefloor ! En plus j’ai croisé une personne avec les cheveux très soyeux, longs et roses qui dansait très bien, ça aussi ça a rendu la soirée unique.
Par contre je hais les toilettes sales, et malheureusement j’ai dû passer mille ans aux toilettes et gaspiller plein de PQ pour mettre en place ma stratégie recouvrement du siège WC/Non aux mycoses’ que maman m’a appris il y a déjà longtemps. 
T’as fait quoi après ?
Le retour était drôle, déjà très fatiguée, j’ai perdu mon bonnet et je mourrais de froid. Du coup, after dans mon bain très chaud (shame on me encore car oui je m’autorise à prendre des bains quand je suis trop saoule/fatiguée/morte de froid).
Grâce à ce bain salvateur, le lendemain était très correct. 
Un message à faire passer à ta maman ?
Maman je t’aime et je pense à toi surtout quand je me débats avec le PQ dans les toilettes si sales de nombreux bars ! 
Ton prochain plan de soirée ?

Avec mes parents, à la neige… 

"Ce moment où je regarde mes potes et que j’ai presque envie de pleurer d’amour en les voyant toutes et tous si beaux (sous ces boules de lumières)."

– ce moment où je regarde mes potes et que j’ai presque envie de pleurer d’amour en les voyant toutes et tous si beaux (sous ces boules de lumières).

<

JulieJULIE

vendredi 8 dec. / La Fête des Voisins de l’Alter Paname (Aubervilliers)

Salut Julie ! T’es qui et pourquoi tu fais la fête ?

Hello ! J’ai 24 ans je suis d’origine toulousaine, j’ai vécu plusieurs années à l’étranger pendant mes études, à Dublin et Barcelone, et c’est notamment à Barcelone que j’ai découvert un autre monde de la fête qui m’a attiré et ne cesse de me corrompre aujourd’hui !

Le El Row 14 m’a montré un sens de la fête lié à un décor, à un déguisement où les gens viennent bien évidemment pour danser mais pas que … ça changeait beaucoup de l’ambiance qu’on pouvait rencontrer dans des boites plus « commerciales » et c’est alors que j’ai commencé à écouter de la funk, de la techno, de l’électro… Outre la musique c’est l’atmosphère, l’ambiance et les gens qui nous entourent qui me font aimer ces soirées.

Alors le week-end dernier je me suis rendue pour la première fois à une soirée de l’Alter Paname, j’en avais beaucoup entendu parler par des amis avec qui j’ai l’habitude de faire la fête ! En plus, je savais que le Camion Bazar y serait et je les adore. Quand j’ai reçu l’email de la soirée avec la description, j’ai juste trop kiffé le concept : sept apparts, sept ambiances le tout à un prix totalement raisonnable !

C’était comment alors ? Raconte ta soirée !

fv1-9865

Tout a commencé par un apéro entre potes, on s’est ensuite dirigés vers la soirée, on devait être une quinzaine et là BOUM : il neige ! Le froid on s’en foutait on ne sentait rien mais ce moment de légèreté a fait qu’on était tous trop happy, c’est anodin mais ça représente l’esprit de ces événements !

On a d’abord fait un petit tour pour repérer les lieux, des apparts sans meubles, avec des DJ, une super ambiance on était aux anges ! Il y avait tout de même un peu de monde, heureusement qu’ils ont arrêté de vendre des places à partir d’un moment.

Si je devais sortir 2/3 moments qui m’ont marqué, je dirais (et tu te reconnaîtras peut-être) que j’ai le souvenir frappant d’une jeune fille avec un déguisement au top ! Elle avait accroché à ses hanches une énorme et super longue queue de lézard ou de dinosaure. Je suis resté bloquée 5 minutes devant elle en mode « je veux la même ».

Deuxième moment marquant : l’ambiance sous la tente du Camion Bazar à l’heure à laquelle j’y étais c’était super reposant et tranquille en mode tropical. C’est rare et c’était top. Les fauteuils étaient tellement chill aussi, merci !

Le reste de la soirée, j’ai passé beaucoup de temps sous un chapiteau à l’extérieur à écouter de la techno. Très peu de chose à redire, très bonne musique. En même temps c’était DJ AZF, y’a jamais rien à redire sur elle.

Après comme toutes les bonnes soirées, c’était un peu court. J’ai pas vraiment visité tous les apparts 

Sinon le but premier de cette soirée n’était ni de draguer ni de pécho, et c’est ça qui en fait tout l’intérêt ! On est juste là pour kiffer, on prend peu de mains au cul et les gens sont sympas. Ils te parlent pour délirer et pas toujours pour te b**** … Certains diront que je suis naïve, mais pour fréquenter les soirées style Possession (amateurs de techno c’est la folie vous devez y aller absolument…), ou organisées par des collectifs tels que La Mamie’s etc. je trouve que le nombre de mecs relous est vraiment réduit, et c’est putain de plaisant.

Si je devais trouver quelques trucs un peu relou, je dirais que porter son manteau toute la soirée était un peu chiant. Peut être qu’il y avait des vestiaires, mais moi j’ai foncé danser et je ne les ai pas vus. Pour ma part j’ai pas fait du tout la queue mais à chaque fois que je sortais d’un endroit il y avait la queue. Attention à ne pas surcharger les soirées, merci d’avoir arrêté la vente car ça peut tout gâcher s’il y a trop de foule …

T’as fait quoi après ?

Je suis adepte de l’after … mais plutôt en été je l’avoue. Cette fois-ci la soirée était vraiment bien et ça m’a suffit. J’ai pris un VTC et go home pour se reposer un peu. Le lendemain il faisait super beau, alors la journée ça a été de bouffer au resto de 14h à 17h, puis petit apéro tranquille et voilà un week-end comme on les aime !

Bravo à l’Alter Paname je prends la parole today, mais derrière mes mots il y a mes pensés et celles de mes amis qui ont été autant enjoués que moi !

"J’étais autant en kiff vendredi soir que quand je regardais Denver le Dinosaure quand j’avais 6 ans…"

– j’étais autant en kiff vendredi soir que quand je regardais Denver le Dinosaure quand j’avais 6 ans…

AstAST.

vendredi 8 dec. / La Fête des Voisins de l’Alter Paname (Aubervilliers)

Salut Ast. ! T’es qui et pourquoi tu fais la fête ?

J’travaille dans l’audiovisuel et suis passionnée de musique, de bouffe et de vie urbaine mais pas trop quand même, besoin de mon petit cailloux sauvage en brebre.

C’est la musique qui m’amène à la fête surtout (même si j’ai une âme de bonne vivante de tous les jours). Et ce week-end j’étais à la Fête des Voisins ! 

C’était comment alors ? Raconte ta soirée !

fv1-9865

Super concept ! J’y suis allée avec ma coloc et des super potes qui viennent un peu de partout et qui me ressemblent aussi pour le côté fêtard « keep cool dé-stresse ».

Avant d’y aller j’ai fait la classique à la parisienne sans prise de tête : apéro dans le XXème dans un appart’ avec des bulles et un petit set tout plein de culture, de chaleur et de Nicolas Jaar.

Je connaissais certains des collectifs et labels, 75021, Hydropathes, Pardonnez-nous, Camion Bazar, Alter Paname, Slowciety  etc. donc valeur sûre !!

Mais surtout c’est l’idée de rassembler tout ça par le buzz (pas d’événement Facebook) ce qui donne une dimension exclusive, secrète, à la manière des « rave party ». Du coup c’est cool car dans ce genre de soirée les gens sont là pour la musique, et non pas seulement pour se droguer ou travailler « l’image de soi  ». 

Le lieu (d’anciens appartements de gendarmes à Aubervilliers) était super ! Mais il manquait un peu d’aménagement dans les apparts pour identifier facilement les collectifs… 

Je pense que dans l’ensemble, le « sans trop d’orga » permet de se sentir plus ou moins libre en famille  sans être formaté à un style de soirée, à allonger la CB etc.. C’est un bon d’état d’esprit ! On est arrivés à 2h du mat, on est direct allés à l’appart de « Pardonnez-nous ». Dans la queue, on s’est fait des copains pour passer le temps (c’est cool la solidarité à se les geler ensemble pendant 20 minutes). Il a commencé à neiger, on s’est mis à chanter  « vive le vent » : un classique de bourrés, mais avec le téléphone devant nous en lisant les lyrics. On a emmerdé nos voisins pendant 10 minutes et on était content !

En arrivant j’étais hyper curieuse de voir comment ça allait se présenter. Même si j’ai fait le tour de tous les appartements à un moment, j’ai passé le gros de ma soirée dans le 1 et le 2. D’ailleurs dans l’appartement 2 meilleur moment de la soirée : 6h30 du mat, un petit mec aux vinyles m’a régalée !

Y’avait aussi un certain Louis, 3ème fois que je le croise en soirée, toujours la tête tout plein de paillettes. Paris devient la nuit une grande famille !

Entre nous j’étais loin à la fin, il n’y avait que les beats de la techno et de la house qui me faisaient réagir… En tout cas j’étais contente, j’ai découvert des artistes et le lendemain je nageais encore dans les nuages.

C’est quoi ton prochain plan de soirée ?

Une rave ? Non, on se calme on commence l’année… Une grosse tête d’affiche au Cabaret ? C’est quand la prochaine ?

Moi

– moi à 6h30 du mat’

nineNINE

vendredi 8 dec. / Panoplie 2 (L’International)

Salut ! T’es qui et pourquoi tu fais la fête ?
Hello, je m’appelle Nine, je suis étudiant.e en design graphique la semaine et militant.e queertransféministe à plein temps.
Je fais la fête parce que danser = vivre. Faire la fête c’est un moyen d’échapper à l’oppression qui nous pourrit la vie chaque jour, alors une ou deux fois par semaine on éteint toutes les lumières et on danse jusqu’à perdre son souffle.
Ce week-end je suis allé.e à la Panoplie à l’International, je connaissais pas ce bar hybride qui allie club et salle de concert, c’est assez sympa.
C’était comment alors ? Raconte ta soirée !
Capture d’écran 2017-12-13 à 12.30.28

J’y suis allé.e avec mon pote Hugo, un fêtard de valeur sûre. Avant ça j’ai mangé une énorme plâtrée de pâtes au pesto pour mieux accumuler l’alcool qui allait couler dans mes veines par la suite.

Le trajet était pas marrant, plutôt relou en fait, je me suis fait reluquer mille fois par des mecs dégueu parce que je portais un pantalon rouge en vinyle.

J’étais quand même excitée comme une puce en arrivant ! Mais congelée aussi, c’est assez compliqué de mêler look sexy pour danser avec tenue de ski pour le trajet.

L’endroit est assez chouette dans l’ensemble SAUF le fumoir, il est vraiment horrible, c’est dommage qu’on puisse pas sortir fumer sa clope dehors…

L’ambiance était assez calme mais des bonnes vibes ont refait surface très vite.

Le premier truc que j’ai fait en arrivant : pousser tout le monde comme une queen devant le bar pour commander deux pintes hahaha.

Au début de la soirée une meuf est venue me voir, m’a fixé.e et m’a dit « oh merde, je pensais qu’on se connaissait ». J’ai ri très fort, elle a vite surenchéri en disant « merde je suis désolée, on pourrait croire à une vieille technique de drague, mais pas du tout» j’ai trouvé ça trop drôle.

A part ça j’ai pas rencontré de genTEs à proprement parler mais j’ai revu une nana avec qui j’avais fait de la figuration pour un film de Ionesco deux semaines plus tôt, le monde est si petit. J’lui ai lâché un vieux « HEYYYY tu te souviens de moi? » puis je me suis dit « merde, c’est pas genre hyper prétentieux comme question? », mais au final ç’a été tranquille

La soirée proposait de la visibilité aux meufs DJ, et ça c’est vraiment cool. En plus y’avait Soraya qui jouait, SENTIMENTAL RAVE, elle est trop géniale, je l’adore.

C’est quand mon pied est sorti de ma chaussure dû au fait que le sol était archi collant que je me suis dit « Putain elle est trop ouf cette soirée ». Au sous sol, y’avait un mec complètement défoncé, probablement sous coke, il arrivait même pas à danser au rythme de la musique et il caressait sensuellement les basses, c’était à mourir de rire.

Par contre le fumoir bordel, à peine j’avais mis un pied dedans que mes yeux piquaient comme si j’y avais versé du tabasco. On y est serré, il fait pas loin de 45 degrés et les genTEs sont toujours torché.es alors c’est le parcours du combattant pour terminer sa clope sans qu’un mec random t’ai brulé ta veste avec ses cendres. Ça c’était bien chiant.

T’as fait quoi après ?

Pas d’after, j’aime pas les afters. Si t’as encore besoin de faire la fête après être sorti.e c’est que tu vas aux mauvaises soirées.

Le retour s’est passé tranquillement, j’ai croisé une meuf dans le métro qui portait un plateau de serveur avec juste un yaourt posé dessus, c’était surréaliste, j’aurais bien aimé connaître son histoire et le pourquoi du comment elle s’était retrouvée dans la 2 avec son yaourt esseulé. 

Le lendemain j’étais plutot frais.che (comme à mon habitude).

Un message à faire passer à ta maman ?

Coucou maman, bon anniversaire, promis je t’envoie ma liste de Noël aujourd’hui et félicitations pour ton mariage kitsch à Vegas.

C’est quoi ton prochain plan de soirée ?

Je vais aller à une soirée du festival Magnetique Nord à La Station, j’ai trop hâte.

"Moi quand je suis descendu.e et que j’ai constaté l’état du sol."

– quand je suis descendu.e et que j’ai constaté l’état
du sol.

LoisLOÏS

samedi 9 dec. / DADA BOUM ! (Mains D’Œuvres)

Salut ! T’es qui et pourquoi tu fais la fête ?
Salut ! Je suis nouvel arrivant sur Paris, en études de direction de projets culturels, et je bosse actuellement en communication dans le secteur musical.
J’aime les rencontres qu’on fait en soirée. Ça va paraître con et cucu mais j’aime pouvoir sortir sans trop réfléchir et juste me libérer le temps d’une nuit avec mes potes, rigoler, puis juste profiter de la musique et de lieux cool. 
Ce week-end j’étais à la fête d’anniversaire de Mains d’Œuvres à Saint-Ouen. 
C’était comment alors ? Raconte ta soirée !dada
J’y suis allé tout seul, j’ai rejoint mes amis qui bossent là-bas pour leur donner un coup de main niveau organisation, et puis pour célébrer Mains d’Œuvres qui fêtait ses 17 ans. 
Avant ça je suis allé voir Crowd” aux Amandiers (Nanterre), un spectacle de Gisèle Vienne sur les rave-party… C’était assez dingue, je recommande vraiment. Puis niveau bande son c’est Underground Resistance, Jeff Mills et autres grands classiques : ça se refuse pas !
Pour y’aller, l’heure de RER et métros était pas très fun (Nanterre / Saint-Ouen, faut vraiment aimer Mains d’Œuvres pour se déplacer), mais une fois sorti de la station, j’ai commencé à croiser tous les gens déguisés soit qui quittaient la soirée, soit qui s’y rendaient. Je me suis retrouvé avec une bande de filles enroulées dans des guirlandes et des plumes. Sympathique trajet !
J’étais assez excité de voir comment l’équipe s’était occupée des 4000m2 du lieu pour ses 17 ans. Et franchement, réussite absolue. J’avais pu aller au Rou(-x)teur et au MOFO, mais là niveau appropriation du lieu et scénographie c’était dingue ! Avec le thème Dada” ils ont pu faire vraiment n’importe quoi, mais le faire bien. Puis Mains d’Œuvres c’est un lieu incroyable, on entre rarement dans ce type d’endroit.
L’ambiance était déjà top à mon arrivée : ça avait commencé depuis déjà 4 heures !!! Ça dansait, ça discutait, ça rigolait un peu partout. Ça fait du bien. 
Dès que je suis arrivé j’ai fait un tour complet du lieu (ça prend bien 15 minutes, c’est assez démesuré) pour voir toutes les ambiances, et puis pour trouver mes amis. 
J’étais pas déguisé mais je me suis retrouvé avec des paillettes plein la tête et les cheveux en disant bonjour à mes potes. 
J’ai rencontré pas mal de gens, dont certains très sympa qui m’ont pris en pitié (j’étais bien enrhumé) : ils m’ont offert des huiles essentielles et du gingembre pour m’aider à guérir. C’est ça Mains d’Œuvres aussi, c’est l’amour (surtout quand l’alcool s’en mêle). 
Cette soirée elle était unique parce que Mains d’Œuvres n’aura 17 ans qu’une seule fois, et que le lieu est menacé de fermer. Les gens étaient chauds et peut-être même encore plus motivés qu’à l’habitude : danser à Mains d’Œuvres c’est un peu un acte de résistance en ce moment.  
A part danser et boire sinon, j’ai servi des bières en loge pour les artistes et j’ai dansé avec mes anciens collègues de travail. Et c’était cool. 
J’ai vu le concert de Naive New Beaters, un groupe résident du lieu. C’était court mais intense, y’avait une belle fusion entre le groupe et le public. On s’est bien marré. 
Je me suis dit que cette soirée était vraiment cool au moment où j’ai voulu aller me chercher une bière et que j’ai vu une performance d’un autre monde. Je pourrais même pas dire qui c’était ni ce que c’était, mais c’était joli.
J’ai croisé un mec qui s’était peint tout le corps : il était zébré, juste en slip, et il arrêtait pas de danser, même au bar pour commander une bière. C’était assez absurde.
Le retour c’était rude mais c’était drôle de prendre le métro avec tous ces gens plein de paillettes de plumes et de frou-frou
D’ailleurs ça colle ces paillettes. Merci la merde pour les enlever le lendemain. 
C’est quoi ton prochain plan de soirée ?

Ma prochaine soirée ce sera l’avant-goût du MOFO au Petit Bain. Y’a un groupe que je connais pas en live mais ça a l’air sympa, puis c’est un mardi et c’est gratuit.

- quand la musique s’est arrêtée et que je me suis dit “Mains d’Œuvres, c’est du lourd”.

– quand la musique s’est arrêtée et que je me suis dit “Mains d’Œuvres, c’est du lourd”.

ThomasTHOMAS

samedi 9 dec. / Triptyque (Le Bourget)

Salut ! T’es qui et pourquoi tu fais la fête ?
Salut ! Je m’appelle Thomas et j’ai 23 ans. Je suis fraîchement diplômé d’un BTS et suis un techno addict !
Je fais la fête pour profiter de la musique d’une manière différente : pouvoir la partager en très grand nombre avec des personnes que j’apprécie.
Mon programme du week-end dernier : repos en famille puis grosse bringue entre amis à la Triptyque.
C’était comment alors ? Raconte ta soirée !

24255072_2010709982503047_4838461148476284497_o

Alors j’étais avec deux potes, dont un qui mixait à la soirée. On s’est fait un before derrière des platines en appartement  histoire de se chauffer les tympans.

En arrivant j’étais super excité de voir mon ami faire son live. À minuit 00h30 les gens étaient déjà agités.  Première chose à faire : retrouver mes autres potes présents sur place pour commencer à me mettre à leur niveau d’ambiance.
L’endroit était assez surprenant. J’ai été vachement admiratif de la décoration, c’était à la fois atypique et appréciable ! Le jeu des lumières était top aussi.
Pendant la soirée j’ai retrouvé de vieilles connaissances que j’avais pas revues depuis des années! J’étais vraiment surpris de passer un moment de ma soirée avec eux. On a pu rattraper le temps perdu. #nostalgie
Le line-up était ultra chargé, mais le truc qui m’a rendu dingue c’était le live de Monsieur Nobody. Le fait de l’avoir vu le préparer avant la soirée et d’avoir par la suite vu comment les gens réagissaient était assez exceptionnel.
Deuxième moment trop cool : vers 3 h, quand j’ai réalisé qu’il me restait encore 6h à profiter ! Ça change des soirées où les heures passent à la trappe entre deux pauses clope.
 
Par contre y’a eu un moment moins cool : mon pote a perdu sa carte bleue. On s’est aperçu plus tard qu’on lui avait dérobé 800€.
Après ça pas d’after, la soirée se suffisait à elle même. Retour long et chiant, mais tranquille.
Un message à faire passer à ta maman ?

Je t’aime maman ❤️

C’est quoi ton prochain plan de soirée ?

Prochaine New’s Cool

- Moi quand Monsieur Nobody a balancé les premiers kicks de son live

– moi quand Monsieur Nobody a balancé les premiers kicks de son live

Clichés de la Triptyque pris par Andréa Grosleron et Léo Vidale