Quelle bonne soirée ! Ils sont tous là les potes. Ça danse, ça rigole, ça boit (peut-être un peu trop). Je les regarde évoluer dans le club, on se perd, on se retrouve, on se re-perd, on se re-retrouve. J’en croise d’autres au fumoir, on se grille une clope, on forme un petit cercle. Je raconte que j’ai encore croisé Jack, mais si tu sais, cette bonne vieille Ramasse ! Quand soudain, je LE vois… lui, l’inconnu, la personne non-identifiée, tiens tiens, mais c’est qui lui ?

Par “LUI” j’entends ce mec sorti de nulle part que je n’avais pas remarqué jusque-là mais qui rigole à mon histoire. Un ange passe, je le regarde d’un air suspect. Lui, bien installé entre Killian et Vic. Bon, après tout pourquoi pas, je reprends mon histoire. Et si c’était… non, je ne peux, je ne veux pas y croire, lui coller l’étiquette en question, au premier regard, au premier rire, ce serait injuste de ma part. Ce n’est peut-être pas lui, après tout, quoi qu’il en faille généralement au moins un par soirée…

On repart danser, le mec nous suit comme notre ombre. Même pas l’espace de demander à mes potes d’où il sort, il est bien trop près, trop là, trop présent, puis la musique est trop forte, l’envie de danser aussi.
La soirée se poursuit. On finit chez Adeline ? Allez ! L’After c’est la vie ! Et elle habite tout près la coquine.

Je n’arrive toujours pas à mettre un nom sur son visage. Mais il nous suit naturellement. Il doit bien connaître quelqu’un ? Pas l’impression.

On sort, il sort. On marche, il marche. Nous colle aux talons. Je n’arrive toujours pas à mettre un nom sur son visage. Mais il nous suit naturellement. Il doit bien connaître quelqu’un ? Pas l’impression. Et soudain, Belleville, à la lumière d’un réverbère, c’est la révélation. Pas de doute… C’est bien lui. J’en ai la certitude. J’en avais longtemps entendu parler, de cet étrange personnage qui hante les clubs, les hangars, les afters, et arrive toujours à ses fins. Salut toi, l’inconnu que personne jamais ne remet, le célèbre Invité Mystère de la nuit !

De tous les personnages de la nuit, l’Invité Mystère est mon préféré. Même si bien souvent, c’est aussi celui qui m’angoisse le plus, m’y retrouver confrontée m’amuse un peu. De tous les teuffeurs, c’est celui qui me rend la plus perplexe. Celui qui me fascine à m’en faire perdre l’objectif de la soirée : atteindre l’appartement d’Adeline. Je me pose tout un tas de questions, mais une en particulier me turlupine : il n’a pas d’pote ce p’tit bonhomme ? Sortir clubber tout seul, quand même, c’est bizarre. Ou bien le mec s’est littéralement fait lâcher par sa bande. Nous sommes sa famille d’accueil d’un soir, #tristesse. Ou bien c’est lui qui s’est tiré en un “allez ciao bye, ces gens sont bien plus stylés que vous les potos” ; #connard. Triste animal abandonné ou gros connard de club, quoi qu’il en soit, il est bien là et il va falloir se le coltiner encore un peu.

Je continue de réfléchir alors que les potes se trompent encore de chemin. Je l’observe de loin. Autre possibilité : on a tous un pote trop sociable et bavard, un mec que tu adores mais que tu finis toujours par perdre en teuf, parce que trop occupé à faire connaissance avec toute la boîte. Ce pote là, ce mec qui fait son RP sur le dancefloor (il travaille d’ailleurs sans doute dans la mode) est un véritable dénicheur de talents, il attire les invités mystères à lui comme un flacon de poppers attire les p’tites frappes fauchées.

On arrive chez Adeline, je me rassure en me disant que le mec n’est sans doute pas un gros cinglé. Je sors à Vic : “mais il sort d’où lui encore ?”. Son oeil gauche dit bonjour à son oreille droite. La connexion se fait avec difficulté. Elle hausse les épaules, aussi perplexe que moi. Elle coince son chewing-gum dans l’entrebâillement de la porte d’entrée et me fait signe de suivre le flow. “Ca doit être encore Quentin qui nous l’a ramené non ?”.

Bon, cet invité mystère, j’en parle comme si c’était une tare. Mais ne nous méprenons pas ! Un invité mystère, c’est parfois un peu bizarre, un peu encombrant, un peu oppressant. Mais et si ce mec, qui s’appellera d’ailleurs Daniel (prénom obtenu devant la cocasse mais habile concoction d’un White Russian) n’était pas qu’un Invité Mystère. Mais une future chouette connaissance. Un futur poto de teuf ? Un ami qui me rassurera autour d’un café ? Disons un grand OUI, à ces gens qui s’incrustent, un peu bizarres de prime abord, certes, mais qui sont juste peut-être un peu plus avenants et décalés que la moyenne ?

© illustration by PAILLETTE.